Le monastère franciscain

Quelle note donneriez-vous à Dubrovnik ?

Dubrovnik : de la porte pile au palais du recteur

Le monastère franciscain

longeons la façade de celle-ci. Juste après s’ouvre, toujours à gauche, un étroit passage menant par quelques marches au monastère franciscain.
Nous nous trouvons maintenant dans ce petit passage, quelques marches permettent de pénétrer dans l’enceinte du monastère. L’entrée est à angle droit, mais avant d’acquitter le droit d’entrée et de franchir les grilles arrêtons-nous un instant. Nous voyons en effet sur notre gauche une pharmacie. Qu’a-t-elle de particulier ? Et bien, c’est la plus ancienne de la cité puisqu’elle date de 1317.

Par ailleurs, le monastère abrite aussi un petit musée, mais il est d’un intérêt très moyen. Mais la beauté du cloître compense cela très largement.

Nous nous trouvons maintenant dans le cloître du monastère. Celui-ci date de 1360. Il est du à un architecte du nom de Brajkov et est en style mixte romano-gothique. Et du coup, cela va nous donner l’occasion de voir les grandes différences entre ces deux styles. Il est caractérisé par ces plafonds de pierre, les voûtes, qui sont portés par des arcs de pierre qui montent et se « brisent » au centre de la voûte. Ces arcs, on les appelle des ogives. Et souvent, ils vont par 4 et se croisent en hauteur. Du coup, on dit du style gothique qu’il est caractérisé par les voûtes sur croisées d’ogives. Et cette technique permet de canaliser tout le poids de la construction sur les piliers et évite que l’édifice s’écroule. Dès lors, on peut construire plus haut. On peut percer de plus grandes verrières dans les murs sans risquer qu’ils s’effondrent. Voilà pour le gothique… Et pour le roman ? Et bien, c’est avant le gothique et on a toujours très peur que les édifices ne s’écroulent. Donc, on fait des murs massifs, des voûtes qui sont le plus souvent arrondies, c’est la forme demi- cercle appelé en plein cintre. Et puis bien sûr, les fenêtres sont petites et étroites. Quant à la sculpture, le roman privilégie la sculpture-image souvent fantaisiste alors que le gothique favorise la sculpture plus monumentale. Regardons ici : Nous voyons 4 galeries à colonnes. Regardez une de ces colonnes. Chaque colonne est jumelée. Ainsi, plutôt qu’un pilier massif sur lequel retomberaient les arcs dans du roman pur, les colonnettes gothiques allègent considérablement la structure. Chaque série de colonnes jumelées est surmontée d’un chapiteau : il y en a 60, tous différents. Là aussi le style est composite, on trouve des chapiteaux romans très fantaisistes et des chapiteaux gothiques plus réalistes. Prenez le temps de les regarder en faisant le tour du cloître.


<< 6 - L’église du saint sa...         8 - Histoire des francis... >>

Sommaire complet du dossier :