L’église des Franciscains

Dubrovnik : de la porte pile au palais du recteur

L’église des Franciscains

Sortons maintenant du monastère et retrouvons-nous dans l’artère principale. En sortant de l’étroit passage, nous aboutissons directement sur la placa. Prenons alors sur notre gauche et faisons quelques mètres en longeant toujours sur notre gauche l’église des Franciscains. Au niveau de l’entrée, levons les yeux pour admirer la sculpture qui la surplombe. Celle-ci est due à deux frères, les frères Petrovic. Vous voyez ? C’est la scène de la pieta: la Vierge soutenant le corps du Christ détaché de la croix. Elle est entourée de Jean Baptiste à droite et de saint Jérôme. Au-dessus d’eux se trouve une figure de Dieu le Père. Regardez les volumes de la sculpture : ils allient à la fois force et finesse. On sent la massivité, le poids des corps. Mais en même temps, on note le souci des détails. Pour bien le voir, regardez les muscles, ou les plis des vêtements par exemple. Vous avez vu ? C’est très détaillé ! Cette pieta est le seul élément qui ait survécu au grand séisme de 1667, l’église –elle- a été reconstruite en style baroque, suivant les modes italiennes et austro-hongroises.

Nous sommes donc à l’intérieur de l’église et le style baroque y est partout présent. Ce style vient en réaction à la Renaissance. Il est caractérisé par une exubérance des formes. D’ailleurs, il y a beaucoup de lignes courbes qui cassent l’impression de statisme reprochée au style Renaissance. Mais parfois, les architectes et décorateurs en font trop : et comme nous le verrons, c’est le cas ici. Ainsi la chaire très ornementée et surtout le maître-autel qui se trouvent au fond de l’église.
Nous voici devant le maître autel. Regardez toutes ces colonnes de marbre. Elles sont en marbre jaspé et ont été sculptées en 1712. Les colonnes sont habituellement placées pour élever le regard et alléger une structure. A notre avis, ici, l’impression est inverse : l’exubérance de l’ornementation provoque un aspect étouffant, lourd et massif. Même les couleurs choisies pour la décoration semblent désaccordées. Et le marron qui prédomine est triste. Maintenant, nous vous proposons de
faire tranquillement le tour de l’église. Nous vous signalons qu’au fond de l’église, en face de l’entrée, se trouve la tombe d’un poète important, Ivan Gundulic qui mourut en 1698. C’est l’auteur le plus célèbre de son temps. Ces oeuvres les plus célèbres sont “le retour du fils prodigue ” et “Dubrava”, sortes de poèmes épiques. Après avoir fait le tour de l’église, nous pouvons nous retrouver à l’extérieur et reprendre notre promenade.


<< 9 - Le musée du monastèr...         11 - La rue zudioska... >>

Sommaire complet du dossier :