La république raguse

Dubrovnik : de la porte pile au palais du recteur

La république raguse

Sortons maintenant de l’église et retrouvons-nous en bas des marches.

Et maintenant, mettons-nous face à l’église. Et regardons sur notre gauche, nous revoyons l’hôtel de ville qui forme en quelque sorte la fin de la place. Une grande artère prolonge celle-ci, prenons là et arrêtons-nous un instant devant un grand café, le gradska kavana qui est le café à la mode, celui où on se rencontre et où l’on se montre. En regardant le café, nous voyons sur sa droite un grand bâtiment : c’est le palais du recteur.

Une très belle galerie à arcades souligne l’extérieur de l’édifice. Regardez sous celle-ci. Comme son nom l’indique, le palais comportait les appartements du recteur de la ville au temps ou celle-ci était une république. En quoi consiste cette république? Il s’agit d’une organisation politique, administrative et économique nouvelle pour la ville. Elle verra le jour en 1358 après que Raguse se soit libérée de la tutelle vénitienne. L’organisation politique est centrée sur le recteur. Celui-ci est issu de la noblesse et est élu par le grand conseil. Il doit être âgé de plus de 50 ans. Il est élu pour un mandat très court puisque celui-ci durait 1 mois et n’était renouvelable qu’une fois tous les 2 ans. Vous l’aurez compris, ceci permettait d’éviter qu’un homme ne s’arroge le pouvoir durablement. D’ailleurs, le rôle du recteur est essentiellement symbolique, car on ne peut mener à bien une politique en un mois de temps. Mais la continuité est assurée par les différents conseils qui gèrent la cité. Quelles étaient alors les fonctions du recteur? Il recevait et gardait au palais les clés de la cité fermée chaque nuit. Et il présidait les conseils. Il ne pouvait sortir du palais durant son mandat sauf à Noël et à la sainte Blaise. On garantissait ainsi l’incorruptibilité du recteur. Le véritable pouvoir était entre les mains du grand conseil -formé des membres de la noblesse- et du conseil restreint ou sénat. Ce sénat était un organe consultatif formé de 45 membres de la noblesse de plus de 40 ans. Par ailleurs, les cadres de l’armée et de la marine étaient tous nobles. La vie religieuse était dominée par la figure de l’archevêque qui devait être d’origine étrangère et le plus souvent il fut italien. On garantissait ainsi la séparation des pouvoirs politiques et religieux. Du point de vue social, la république est très en avance. Au 14e siècle, la ville se dote d’une “constitution”. Ce texte est en fait une règle d’urbanisme et d’hygiène. On veut surtout endiguer les épidémies de peste si fréquentes à l’époque. On met en place un système d’égouts, des gardes communaux sont chargés de veiller au ramassage des ordures, on interdit les cochons en ville, on crée des lazarets. Par ailleurs, dans cette constitution, on statue sur la pêche, l’élevage, l’abattage des arbres. C’est par cette constitution aussi que l’on a créé la pharmacie en 1317, un hospice pour vieillard en 1347. Un peu plus tard, on abolira l’esclavage en 1418. Ce qui guide la république et sa constitution est cette devise gravée au linteau de la salle du conseil qui dit:” oubliez vos intérêts privés au profit de l’intérêt général”.


<< 20 - L’intérieur de l’’ég...         22 - Le palais du Recteu... >>

Sommaire complet du dossier :