La Cathédrale Assomption

Dubrovnik : sites et ruelles de la vieille ville

La Cathédrale Assomption

Nous sommes maintenant au pied de la colonne de Roland De là, nous allons gagner la cathédrale de l’assomption. Lorsque nous regardons la tour de l’horloge, prenons à droite, passons le long du grand café et du palais du recteur et allons jusqu’à la cathédrale que nous voyons au fond. Allons-y. Mais comme vous le voyez, on arrive en fait par le côté de l’église où se trouve l’entrée des touristes. Mais nous vous proposons d’aller d’abord voir la façade principale. Pour cela, vous longerez le bâtiment par la gauche et nous nous retrouvons devant la façade.

Tout de suite on remarque que le regard est attiré vers le haut, c’est là une des volontés de l’architecte. En jouant sur les ornementations et les volumes, il fait le regard s’élever vers le haut –vers Dieu donc. Regardons le bâtiment. Tout bon architecte veut attirer le regard vers le haut, car cela évoque Dieu bien entendu. Pour cela, il joue sur l’architecture, mais aussi sur les décorations. Voyons s’il a réussi ici. Globalement, on remarque un rétrécissement de la façade plus on regarde vers le haut. Voyez !: il y a d’abord le large escalier, puis le 1er niveau avec ses 3 entrées : une principale –qui est la plus haute- et deux plus petites surmontées de frontons et séparées par deux lourdes colonnes. Et du coup, si on ne regarde que les trois entrées, on voit qu’elles forment comme un triangle. Triangle que nous retrouvons d’ailleurs plus haut au 2e niveau avec l’énorme fronton qui y est posé. D’ailleurs, sur cette façade, c’est cet énorme fronton qui attire le regard vers le haut. Pour autant, pour notre part, nous restons sur notre faim. Car notre regard va directement sur ce 2e niveau, mais il y reste bloqué. Il n’y a pas l’élan qu’on a dans certaines églises gothiques, où suit un chemin vers le haut. C’est le cas d’autres églises baroques, mais où l’architecte sera meilleur qu’ici. Nous en verrons une autre un peu plus tard à l’église ste Ignace. Car ici, tout est trop coupé : regardez ces lourdes colonnes entre les portes d’entrée. Elles cassent leur triangle. Et puis surtout, la corniche qui sépare les 2 niveaux est bien trop forte et brutale. Regardez-la. Elle est trop ornementée aussi et, pour toutes ces raisons, elle bloque le regard qui aurait pu partir du bas. Décalez-vous maintenant un peu sur le coté : vous apercevrez alors le dôme qui s’élève sur un tambour, c’est-à-dire une base circulaire, très en hauteur. L’église a été conçue par l’architecte Andréa Buffalini en 1671 en pleine période baroque. Cette période verra de très nombreuses constructions ou reconstructions d’églises catholiques dans un moment ou l’Église cherche à se réimposer comme la référence majeure de la religion. Et pour en mettre plein la vue aux fidèles, elle utilisera au maximum le style baroque qui vient d’être créé.
Mais en réalité, l’histoire de l’église est beaucoup plus ancienne. Autrefois, c’était une église byzantine. Mais elle a été remplacée par une église romane que la légende attribue à Richard Coeur de lion. On raconte que Richard au retour de la croisade en 1192 aurait fait naufrage et trouvé refuge sur l’ile de Lokrum, dans le golfe de Dubrovnik. Pour rendre grâce de son sauvetage, il aurait fait édifier une nouvelle cathédrale. Toujours est-il que cette cathédrale a été détruite lors du grand tremblement de terre de 1667 et on a donc décidé de la reconstruire en style baroque cette fois.


<< 2 - Les sites et ruelles...         4 - L’intérieur de la Ca... >>

Sommaire complet du dossier :