L’intérieur de l’église Saint-Ignace

Dubrovnik : sites et ruelles de la vieille ville

L’intérieur de l’église Saint-Ignace

Nous pouvons maintenant mieux regarder cette église. Quel est votre 1er sentiment ? Un plan intérieur assez dépouillé dirons-nous. Et très équilibré aussi. Car voyez comme l’architecte a joué sur la symétrie des décors. Voyez la 1ère chapelle à votre gauche et celle qui lui répond en face –à votre droite donc : même décoration jaune. Ensuite, il y a 2 tribunes qui se sont font face. Puis deux chapelles qui sont décorées à base de rouge. Donc la partie gauche de l’église et la partie droite sont construites en totale symétrie. Pourtant à y regarder de plus près, on remarque une profusion de moulures et de corniches qui s’intègrent dans la structure. Donc là encore, comme sur la façade, la décoration donne une somptuosité à l’œuvre, mais elle ne vient pas perturber l’équilibre d’ensemble. Deux éléments du décor doivent nous intéresser ici. Tout d’abord, si vous êtes assis sur le 1er banc: regardez vers votre droite, peut être un petit peu en arrière : vous voyez comme une grotte. C’est une représentation de la grotte de Lourdes. Ce type de représentation est rare dans une église, mais témoigne de l’intensité du culte marial –c'est-à-dire de Marie- chez les Jésuites. Rappelons simplement qu’à l’époque de la construction de l’église, de grandes réunions théologiques se tenaient au sujet de Marie. Il était question de l’Immaculée Conception, de la Grâce mariale, de l’assomption, trois notions qui étaient remises en cause par les protestants. Beaucoup d’éléments qui font aujourd’hui partie du dogme ne l’étaient pas encore, en particulier l’Immaculée Conception, et toutes les décorations à cette époque se devaient de renforcer le rôle de Marie. Et maintenant, regardons au fond de l’église : nous voyons des fresques murales très imposantes évoquant la vie de saint Ignace. Elles ont été peintes par le sicilien Garcia en 1737. Mais approchez-vous encore de l’abside centrale et regardez mieux. Rien ne vous choque ou ne vous étonne dans la composition que nous voyons en levant les yeux? Levez les yeux depuis tout en bas jusqu’aux fresques peintes sur le dôme. Que voit-on en effet? Et bien visiblement, il y a comme un trou. Regardez : au-dessus des trois grands panneaux évoquant Ignace: on voit une grande corniche soutenue par des colonnes de marbre rose. Puis au dessus viennent les fresques du dôme. Là, on voit divers personnages de l’Ancien Testament. On reconnaît aussi st Ignace, c’est le seul avec un habit de prêtre. Et au dessus, on voit des angelots et un ciel jaune dans lequel, tout petit, vole un oiseau symbolisant le Saint-Esprit. Mais ce ciel jaune parait bien immense au regard du seul oiseau qui l’orne. Et pour cause!! En effet, la légende locale rapporte que les jésuites et le peintre Garcia se seraient disputés pour une question d’argent. Du coup, n’étant pas payé, le peintre n’a jamais achevé l’œuvre.


<< 11 - La contre reforme...         13 - Le Musée Rupe... >>

Sommaire complet du dossier :