Le « David » de Michel-Ange

Florence : place de la seigneurie

Le « David » de Michel-Ange

A présent, déplaçons-nous sur la droite pour admirer le « David » de Michel-Ange, cette immense statue de marbre à gauche de la porte d’entrée du Vieux Palais.

Vous êtes face au David de Michel-Ange ? Alors, sachez que vous avez devant vous, le chef-d’œuvre sculpté de l’artiste et l’une des statues les plus connues au monde. Pourquoi ? Car Michel-Ange a su donner une âme à ses statues. Elles sont plus qu'une représentation de la réalité humaine ; elles semblent animées d'une vie intérieure, et cela, encore aujourd'hui. Observez les traits tendus de David : les veines apparentes de son cou et de ses bras,... la tension de sa main droite,... Regardez ses yeux : n'y a-t-il pas une puissance et une fierté qui se dégagent de ce regard ? Etonnant, non ? Pour une sculpture qui a plus de 500 ans...
Mais le David de Michel-Ange est aussi un chef-d’œuvre par sa raison d'être. Pourquoi ? Car cette statue est considérée comme le sommet d'une tradition de culture civile politique. Expliquons-nous à ce sujet afin de le comprendre, revenons à cet emplacement sur la place de la Seigneurie. A l’origine, ce « david », le vainqueur du géant Goliath rappelons le- fut commandé à Michel Ange pour orner le parvis de la cathédrale de la ville. Mais quand Michel Ange livra son œuvre : on lui reconnut deux qualités. L’une était qu’il était impossible de dresser cette statue, bien trop dénudée et anatomique, devant un édifice religieux ! L’autre est qu’elle était trop belle pour la laisser loin des regards. Question : où va-ton l’exposer ?? Rappelons que nous sommes en 1504, c'est-à-dire en République et pour quelques années encore et seulement.

Alors quoi de plus normal, au sein d’un Etat républicain, que d’ouvrir un débat pour déterminer le lieu le plus adapté où la présenter. Une commission d’artistes exceptionnels est formée, et c’est ainsi que Léonard de Vinci, Botticelli, ou encore Raphaël décidèrent collégialement de son emplacement. Le David serait érigé devant le Vieux Palais, car ils sont tous deux symboles de liberté politique. En effet, ce personnage de l’Ancien Testament était considéré par les Florentins, comme l’incarnation de la liberté républicaine en des années troublées où Florence était à la fois la proie de ses ennemis mais aussi une République déclinante. En outre, regardez David et voyez son visage en particulier. Qu’exprime-t-il ? De la Force dites vous ? Oui, vous avez raison. Mais regardez aussi ses yeux et en même temps sa bouche…Eh bien oui, il semble froncer les sourcils et ressentir de la colère. C’est en effet ce que Michel Ange voulut montrer. Or force et colère sont considérées alors comme deux vertus civiques par la République florentine. Cette statue ne pouvait donc être qu’à côté du cœur politique de la cité, Place de la Seigneurie. Elle est par ailleurs la dernière grande commande de la République avant l'attaque de Charles Quint et la domination de l'empire habsbourgeois dès 1530. David deviendra dès lors le symbole de la liberté républicaine perdue. Mais revenons à cette statue. Déplacer cette monumentale sculpture de près de 5 mètres de haut, ne fut pas une partie de plaisir, on s’en doute. Pour la faire venir de l’atelier de sculpture de la cathédrale à son lieu d’exposition soit 400 mètres de trajet au total, il fallut beaucoup d’ingéniosité et de bras. Voici cet épisode conté par un chroniqueur de l’époque : « Pour laisser passer la sculpture, ils durent casser le mur au-dessus de la porte de l’Opera del Duomo, l’atelier où les œuvres d’art destinées à la cathédrale étaient réalisées puis elle fut déplacée par 40 hommes sur 14 poutres graissées que l’on passait de main en main… Elle mit quatre jours à atteindre la piazza della signoria. » Il fallut encore trois semaines pour la dresser sur son socle. Cette statue resta jusqu’en 1873 sur cette place. A l’air libre, elle avait perdu la dorure qui recouvrait initialement ses cheveux et son torse. Elle est depuis la pièce maîtresse de la Galerie de l’Académie. L’œuvre que nous voyons ici en étant une copie, et même une pâle copie. Alors n'hésitez pas à aller découvrir l'original. C'est le chef-d'oeuvre qui vous ouvrira les portes du génie de Michel-Ange.


<< 7 - La statue de bronze ...         9 - « Hercule et Antée »... >>

Sommaire complet du dossier :