La légende de Jacques de Voragine

Fresques de piero della francesca a la basilique st francois

La légende de Jacques de Voragine

Et maintenant, parlons quelques instants de cette légende dont est tirée cette fresque et de son auteur, Jacques de Voragine, afin de mieux nous préparer à sa découverte.Et tout d’abord, il faut préciser que la narration figurative de Piero ne suit pas toujours fidèlement le texte de la Légende ; ainsi, il oublie, amplifie et ajoute, suivant son imagination ou les nécessités picturales, les épisodes de la légende. Son objectif est de faire de l’art, non de construire une œuvre d’édification religieuse. Cette liberté vis-à-vis du sujet lui a permis d’introduire des prophètes et une Annonciation qui n’ont pas de rapport avec l’Histoire de la vraie Croix. 2ème remarque : comme vous le découvrirez, Piero donne à son œuvre un style solennel, sérieux et presque épique.

Et maintenant, revenons à ce cycle de la vraie croix. De quoi s’agit-il? Il s’agit d’un cycle de fresques qui est tiré d’un ouvrage à succès du 13ème siècle : « la légende dorée », écrite par Jacques de Voragine. Cette œuvre littéraire est en fait une compilation des vies légendaires de 180 saints et saintes du calendrier liturgique. Elle est devenue un des grands classiques de la littérature chrétienne populaire. Dès sa 1re parution en 1260, le manuscrit connut un immense succès, devenant, avec la Bible, l’ouvrage le plus copié, le plus lu et le plus raconté. Initialement nommée Legenda Sanctorum, « la légende des saints », elle devint la Legenda Aurea, la légende d’or, car on disait alors que son conteur valait de l’or. L’auteur y raconte les vies, les vertus, les miracles et les martyres des saints, dans un style accessible à tous qui rendit la religion populaire et pittoresque. Et puis, elle deviendra aussi un plaisir pour les yeux. Le cinéma n’existait pas à l’époque, ni les bandes dessinées à des prix accessibles pour le plus grand nombre. Du coup, ce sont bien sûr les peintres qui se chargent de cette mission d’illustration et on retrouve leurs tableaux dans les lieux très visités comme les églises. Et ainsi, cette légende dorée a inspiré de nombreux peintres tels les Siennois Duccio, Simone martini, les frères Lorenzetti, les florentins Giotto, fra Angelico, Masaccio et piero della Francesca et bien d’autres encore. Son auteur, de Voragine, est entré très jeune chez les Dominicains. Il sera assez respecté et apprécié pour qu’on lui confie la charge du gouvernement général des monastères dominicains de la Province de Lombardie et l’archevêché de Gênes. Cette légende, très populaire, riche en détails narratifs, caractérise le goût du drame et du miracle qui est celui du moyen âge. Elle a inspiré plusieurs cycles d’églises franciscaines, comme celles de Florence, Volterra et Empoli. Mais, ici, à Arezzo, il s’agit ici d’un des plus beaux cycles de peinture italienne.


<< 7 - L’œuvre de Piero del...         9 - L’histoire de la vra... >>

Sommaire complet du dossier :