L’histoire de la vraie croix selon Jacques de Voragine

Fresques de piero della francesca a la basilique st francois

L’histoire de la vraie croix selon Jacques de Voragine

Et maintenant, voici, dans ses grandes lignes, cette histoire de la vraie croix, tel que la raconte Jacques de Voragine. Ce n’est que quand nous serons entrés que nous vous dirons chaque épisode principal dans le détail.

Alors voilà : l’histoire raconte comment Adam, sur le point de mourir, envoie son fils Seth auprès de l’archange Gabriel, afin que celui-ci lui remette des graines de l’arbre du péché. Cet arbre qui avait condamné Adam et Eve à être chassé du paradis. Ces graines devront être placées dans la bouche d’Adam au moment de sa mort. L’arbre qui poussera sur sa tombe sera abattu sur ordre du roi Salomon et son bois, impropre à tout usage, jeté entre les 2 rives d’une rivière pour servir de pont. Puis apparaît la reine de Saba : elle est en route vers Salomon afin d’en connaître la sagesse. Arrivée au bord du pont, elle apprend, par miracle bien sûr, que c’est sur ce bois que le Sauveur sera crucifié. Devant ce bois, elle se prosterne en adoration. Salomon a appris le message divin délivré à la reine. Il fait alors ôter le pont et enterrer le bois qui causera la fin des Hébreux .Mais, comme on le sait, le bois sera retrouvé et deviendra l’instrument de la Passion du Christ.

Faisons maintenant un bond dans le temps et arrivons 3 siècles plus tard. Aux alentours de l’an 300 donc: l’empire romain est séparé en deux empires : l’Empire romain d’Orient et celui d’occident. Cette coupure avait été décidée car l’empire avait une telle taille qu’il était ingérable depuis Rome. Mais ce qui devait arriver arriva. Les deux empires, de frères, devinrent rivaux. Et nous voici en 311 : l’empereur d’orient Constantin est sur le point de livrer bataille à l’empereur Maxence à un lieu appelé le pont Milvius. Retenez bien ce nom de bataille, car elle va entraîner la christianisation de l’occident. Voici comment : dans son sommeil, Constantin reçoit un message divin qui lui dit de se placer sous la protection de la croix afin de triompher de son ennemi. La légende dit qu’il fait tracer des croix sur les boucliers de ses soldats. Cela dit, sur l’arc de Constantin qu’on peut voir à Rome à côté du Colysée et qui retrace cette bataille, on ne voit aucune trace de croix. Mais bon, passons.  Toujours est-il que, suite à cette victoire, le christianisme deviendra une religion autorisée dans l’Empire, puis un peu plus tard, la religion officielle. Mais continuons l’histoire de la croix. Alors ! toujours selon la légende, après la victoire de Constantin, sa mère, Hélène, se rend à Jérusalem afin de récupérer le bois miraculeux. Nul ne sait où est cachée la relique de la croix, à l’exception d’un homme nommé Judas qui refuse de révéler son secret. Hélène le fait torturer dans un puits et, contraint d’avouer, il désignera un temple de Vénus comme étant le lieu où sont cachées les 3 croix du calvaire. L’impératrice fait détruire le Temple et déterrer les 3 reliques. Et comment reconnaît-on que c’est la vraie croix nous direz vous ? Et bien tout simplement, car à son contact, un jeune homme mort ressuscite miraculeusement.

Presque 3 siècles plus tard, en 615, Chosroès, roi des Perses, vole le bois qui sera adoré aux côtés de symboles idolâtres. C’est alors qu’il est attaqué par Héraclius, empereur d’Orient. Victorieux, ce dernier rapporte à Jérusalem le bois sacré. Mais une force divine empêche l’entrée triomphale de l’empereur qui devra alors renoncer à tout faste et entrer dans la ville en élevant la croix en signe d’humilité, suivant l’exemple du Christ. C’est là dans ses grandes lignes l’Histoire de la Croix.


<< 8 - La légende de Jacqu...         10 - L’histoire des Adami... >>

Sommaire complet du dossier :