La scène peinte illustrant la reine de Saba

Fresques de piero della francesca a la basilique st francois

La scène peinte illustrant la reine de Saba

Regardons à présent la scène peinte en dessous. Elle illustre, en 1 seul tableau, 2 épisodes: la reine de Saba adorant le bois de la croix et sa rencontre avec le roi Salomon.

Les 2 scènes sont divisées par une colonne du palais royal. La scène de gauche est empruntée à la Légende Dorée, la scène de droite est une invention de Piero. Cette scène de droite est une allusion au souhait d’une union entre les églises d’orient et celles d’Occident suite à la prise de Constantinople en 1453 par les turcs ottomans. Car cet événement fut contemporain au travail dans la chapelle. Mais commençons par regarder la scène de gauche. Il s’agit d’une scène de plein air, en contraste à la scène de droite qui, elle, se déroule dans un espace couvert. On voit que la reine est agenouillée devant le bois sacré. Derrière, ses servantes sont regroupées. Prenez le temps de les regarder. Portez votre attention sur leurs visages. Elles sont toutes d’une grande élégance, et, comme toujours chez Piero, elles sont d’une grande impassibilité. Remarquez aussi cet intérêt pour la géométrisation des formes, tout à fait caractéristique de l’art de Piero. Voyez ces formes ovales des visages. Vous remarquez ? Voyez aussi ces formes cylindriques de leurs longs cous, la ligne oblique de leurs chevelures et la ligne horizontale de la bordure blanche des cols. Notez aussi de quelle manière leurs coiffures dégagent leurs fronts. C’était la mode féminine florentine: on s’épilait les sourcils et le haut du crâne et on portait les coiffures hautes. On trouve à cette époque ces mêmes signes de distinction sur les portraits sculptés à Florence. Peut être est-ce depuis cette époque que l’on considère qu’un front haut est signe d’intelligence ? Elles portent des robes aux coloris délicats, subtils. Après l’impassibilité, après l’utilisation de formes géométriques pour représenter les personnes, l’utilisation de coloris délicats est une 3ème caractéristique spécifique de Piero. De plus, ces vêtements dessinent de profonds plis, qui donnent une belle densité aux tissus. Et ils donnent à l’artiste la possibilité d’y faire entrer la lumière et de donner du relief aux formes. Voyez comme les zones d’ombre et de lumière, côte à côte, donnent du modelé aux textiles. Vous voyez ? Enfin, regardez derrière le groupe des femmes : là se tiennent 2 hommes auprès d’un cheval. Là encore, c’est typique de Piero. L’un est de dos, l’autre de face : ils sont placés en complémentarité l’un de l’autre.


<< 10 - L’histoire des Adami...         12 - La reine de Saba dev... >>

Sommaire complet du dossier :