Le palais de Dar-al-Horra

Grenade : le quartier de l'albaicin

Le palais de Dar-al-Horra

Continuons à regarder le paysage urbain qui nous fait face. A l’arrière de ces murs ocres que nous venons d’évoquer, nous apercevons un vaste ensemble d’édifices en pierre. Celui le plus à droite avec une petite tourelle est un palais arabe du début du 15e siècle ; le plus vaste et plus massif est un couvent chrétien de la fin du 15e siècle. Commençons par présenter ce qui reste du palais arabe. De notre mirador, on n’en voit pas les détails. On devine simplement qu’il était accolé aux remparts. Il s’agit des vestiges d’un palais d’une dynastie ultérieure aux Zirides, elle d’origine arabe, les Nasrides. Ces derniers sont les souverains musulmans les plus connus de l’histoire grenadine. Ils prennent la tête du sultanat de Grenade en 1237 et gouvernent la cité et ses environs jusqu‘à la chute finale d‘al-Andalus en 1492. Ce palais portait le nom de Dar-al-Horra –la « maison de la Dame »-. Il fut construit au 15e siècle pour servir de demeure à la mère de Boabdil, le dernier sultan. Accolées à ce palais, sur son côté gauche, les différentes bâtisses que vous apercevez sont celles d’un vaste couvent royal dédié à la reine Isabelle datant également du 15e siècle. Nous aurons l’occasion de le voir de plus près.
Toujours en longeant des yeux les remparts et les monuments qui se trouvent à l’arrière, vous pouvez voir ça et là de nombreux campaniles, ces tours blanches de forme carrée au dessus des églises. Ancien village musulman, l’Albaicin fait partie des paysages grenadins qui furent largement christianisés dans les années qui suivirent la Reconquista, la reconquête par les catholiques. Donc, le plus souvent, ces églises ont été construites à l’emplacement même de mosquées. Et leur campanile n’est souvent rien d’autre qu’un ancien minaret. Nous détaillerons ces points durant le parcours.


<< 6 - Les Remparts de l’an...         8 - La Place San Cristob... >>

Sommaire complet du dossier :