Le couvent de Sainte Isabelle

Grenade : le quartier de l'albaicin

Le couvent de Sainte Isabelle

Nous vous informons que cette terrasse panoramique est un endroit tout aussi enchanteur en soirée pour profiter des illuminations de la ville et de l’Alhambra. À la belle saison, la place est souvent le lieu de rendez-vous des chanteurs et guitaristes qui maintiennent vivante la tradition flamenca. Continuons le parcours pour aller voir d’un peu plus près les édifices repérés depuis le premier mirador de notre parcours, celui de San Cristobal. Placez-vous face à l’église et empruntez la ruelle qui se présente sur votre gauche.

Continuez tout droit jusqu’à l’intersection avec la Costa de la Miel.

Arrivés à l’intersection avec la Costa de la Miel, tournez à gauche, puis tournez de nouveau à la 1ere rue, la plus large sur votre droite, la Calle Camino Nuevo de San Nicolas qui devient ensuite la calle Santa Isabel la Real.

Poursuivez votre chemin jusqu’à tomber sur l’entrée du couvent Ste Isabelle sur votre droite.
Entrez-y et passez le portail et allez vous placer face au portail de l’église, qui se tient tout près de vous sur votre gauche. Ce portail, dont nous allons détailler les différentes parties, est un bel exemple du style artistique en vigueur à l’époque des Rois Catholiques.

Mais regardons en premier lieu les reliefs sculptés de part et d’autre de la porte. D’après ces motifs sculptés, vous pouvez deviner que cette église fut construite en hommage aux Rois Catholiques. Amenez votre regard au niveau de la partie haute de la porte, à l’endroit où la décoration imite une flamme : de part et d’autre de cette clef de voûte en flamiche sont sculptés les emblèmes personnels de la famille royale. On y voit à gauche de la flamme un instrument tout en longueur formé d’une barre verticale pliée à deux reprises pour former deux demi-cercles. Eh oui, c’est un joug et c’est l’emblème de Ferdinand. Rappelons que le joug est cette pièce de bois qu’on mettait sur les épaules et la nuque de l’animal (bœuf ou cheval) et qu’on reliait à la pièce à tirer (charrue ou chariot). Toujours est-il qu’avoir, car un attelage à bestiau comme insigne de noblesse n’est pas si courant ! Cet insigne lui aurait été donné par un grand humaniste de l’époque, présent à sa Cour. Il fait référence à un épisode de la légende d’Alexandre le Grand, à propos du nœud gordien. Selon la mythologie grecque, ce nœud extrêmement complexe attachait le joug au char de Gordias, roi légendaire de Phrygie qui avait accédé au trône justement grâce à son char. L‘ensemble, le char, son joug et son nœud, étaient conservés bien à l’abri dans un temple sous la protection de Zeus mais un oracle avait prédit la domination de l‘Asie à celui qui viendrait à bout de ce noeud. Alexandre ne parvenant pas à le dénouer le trancha d‘un coup d‘épée. Et trancher le nœud gordien est devenu une expression pour dire qu’on résout un problème compliqué par une solution simple ou inattendue. Et pour revenir à Ferdinand d’Aragon, un parallèle semble possible avec cette légende et sa propre histoire politique. Le nœud tranché est ici son mariage avec Isabelle, méthode la plus directe pour assurer la prospérité et défense du royaume d’Aragon, qui se fit contre l’avis d’une grande partie de la noblesse castillane. Ce mariage déplut en effet à tous les nobles qui auraient préféré qu’Isabelle se marie avec l’infant du Portugal. Les unions matrimoniales entre Castille et Portugal étaient fréquentes et beaucoup des appuis et clans des nobles reposaient sur ces alliances. C’est notamment pour avoir les mains libres qu’Isabelle, contre l’avis même de son beau-frère Henri 4, précédent roi de Castille, privilégia l’alliance avec le royaume d’Aragon. Le mariage d’Isabelle et de Ferdinand se fit dans la clandestinité. Et maintenant, voyons l’emblème d’Isabelle à droite en haut de la porte. C’est la gerbe de flèches. Il semble qu’elle ait choisi cette gerbe de flèches réunies tel un épi de blé, après la prise de Grenade. Elle aurait voulu ainsi signifier l’établissement d’une période de paix - les flèches sont attachées - et faire en outre référence à la sainte patronne de Grenade, la Vierge de douleurs dont le cœur est transpercé de 7 flèches.


<< 15 - Les villas de jardin...         17 - Le style artistique ... >>

Sommaire complet du dossier :