Le style artistique du couvent

Grenade : le quartier de l'albaicin

Le style artistique du couvent

Parlons du portail maintenant. Il fut sculpté selon des dessins d’Enrique de Egas, architecte en titre des Rois Catholiques, maître d‘œuvre de tous les grands chantiers de l‘époque, et notamment de la cathédrale de Grenade. La forme d’ensemble de la façade est un autre repère pour lier cette église à la reine Isabelle. En effet elle relève du style artistique dit isabellin.
Reculez de quelques pas pour observer la façade dans son ensemble. En prenant un peu de recul, regardons la caractéristique majeure qui nous fait dire que c’est du gothique : il s’agit de la forme de l’arc. L’arc est brisé, c'est-à-dire que les tailleurs de pierre ont cassé la forme simple du demi-cercle (dite en plein cintre et caractéristique de l’âge roman). Mais sa brisure est sophistiquée : suivez le contour des yeux, la partie au sommet de l’arc forme une accolade. C’est qu’il est question ici d’un style gothique de la période tardive. Comme toujours, chaque style a plusieurs périodes : la première est celle des premiers essais, la deuxième est celle de la maturité, et la 3e est celle des recherches nouvelles et elle correspond souvent au chant du cygne, à une dernière étape avant d’être supplanté par un autre style. Pour le gothique, le gothique de cette période tardive correspond au gothique flamboyant, qui cédera la place ensuite au style Renaissance. Alors pourquoi flamboyant ? Et bien, en raison de cette ornementation tout en courbe, qui évoque les formes des végétaux et de flammes. Nous avons déjà relevé la flamiche de la clef de voûte, qui accentue et déforme la forme de l’accolade. Levez les yeux et vous retrouverez ces formes d’arc dans l’encadrement des niches au niveau supérieur. Et pourquoi parle-t-on de style Isabellin maintenant ? Et bien regardez au-dessus des arcades délimitant des niches vides de statues. On voit une frise végétale assez mince et sobre qui coupe l’élan vertical donné par ces pointes enflammées. La présence de cette frise donne une forme générale assez massive au portail qui se déploie donc autant sur le plan horizontal que sur le plan vertical. Cette caractéristique est typique de la variante espagnole du style gothique. Et cette variante est appelée le style gothique isabellin, évidemment en référence à la reine Isabelle.
L’ornementation d’ensemble reste toutefois d’une grande sobriété comme il sied à un couvent franciscain. Regardons à gauche de l’église maintenant : vous pouvez voir les grilles d’un séminaire qui marquent l’entrée dans le couvent attenant à l’église. Ce couvent est encore en activité et il nous est donc impossible d’y entrer. Le couvent, qui porte le nom d’Isabelle, relève de l’ordre des Clarisses. C’est une des principales branches féminines de l’ordre des franciscains, créé par sainte Claire au 13e siècle, une des fidèles disciples de saint François d’Assise.
A la suite de la reconquête de la ville, cet ensemble de palais et jardins fut cédé par les Rois Catholiques au Secrétaire royal Fernando de Zafra, qui avait pour charge de réorganiser les territoires nouvellement conquis. Les missions de conversion de la population étant jugées prioritaires, il décida d’édifier sur ces lieux un couvent de franciscains qui reçut le nom de la reine. L’église du couvent bénéficia d’une restauration au 18e comme l’indique la date inscrite au sol à l’aide de galets. L’utilisation de galets aux teintes claires et foncées est encore un autre symbole de l’emprise de la reine sur l’ensemble de la ville de Grenade. En effet, ils symbolisent la ville dans son entier : selon la tradition, les galets proviennent des deux fleuves de la ville, le Darro et le Genil du lit desquels on ramassait respectivement des galets blancs ou noirs. Paysage poétique qui n’a pas échappé à Chateaubriand qui évoque les : « Deux rivières, le Genil et le Douro, dont l’une roule des paillettes d’or, et l’autre des sables d’argent, lavent le pied des collines, se réunissent, et serpentent ensuite au milieu d’une plaine charmante. »


<< 16 - Le couvent de Sainte...         18 - La place de San Migu... >>

Sommaire complet du dossier :