La place de San Miguel Bajo

Grenade : le quartier de l'albaicin

La place de San Miguel Bajo

Nous allons achever cette première partie par un agréable détour sur une des places les plus intimes de l’Albaicin, qui marque le début de la partie basse de la colline. Reprenez la calle Santa Isabel la Real sur votre droite pour une centaine de mètres afin d‘arriver sur la place San Miguel Bajo animée par les terrasses de petits cafés et restaurants.

Arrivés sur la place, vous êtes accueillis d’emblée sur votre droite par la magnifique église toute blanche de Saint-Michel. Quelques précisions tout d’abord pour comprendre le nom du lieu où nous nous trouvons : ici c’est San Miguel Bajo qui veut dire St Michel d’en bas. Bizarre comme nom. Mais en fait, au sommet de la colline de l’Albaicin, il y a un ermitage du 17e siècle qui s’appelle aussi Saint-Michel. Du coup, on a nommé l’un « bajo » (en bas) et l’autre « alto » (en haut). Et ainsi, l’archange saint Michel veille sur l’ensemble de la colline de l’Albaicin.
L’église de St Michel d’en bas s’inscrit très harmonieusement dans le paysage. C’est certainement qu’elle a conservé, plus encore que les autres, les formes premières des édifices plus anciens. Le clocher de l’église, cette tour carrée blanche qui se dresse face à vous, est en effet l‘ancien minaret d‘une mosquée datant du 13e siècle. Malheureusement, cette église est la plupart du temps fermée. Mais si jamais vous avez la chance d’entrer à l’intérieur, vous pourrez y admirer un magnifique plafond en caissons de bois, typique du style mudéjar.
Et maintenant, quittons l’église pour rejoindre le centre de la placette, en direction d’un crucifix en fer forgé.

Il s’agit d’un calvaire gardant le souvenir des cérémonies de purification qui eurent lieu dans la ville au 17e siècle après l’expulsion des communautés juives et musulmanes. On en trouve dans de nombreuses villes espagnoles, notamment dans le quartier médiéval de Séville qui porte d’ailleurs le nom de Santa Cruz, la Sainte Croix. ON voit que cette croix est en fer forgé et c’est une des réalisations artisanales les plus riches de la Renaissance espagnole. Le fer forgé s’observe aussi bien dans la rue aux grilles des fenêtres que dans les églises avec les grilles protégeant les retables.


<< 17 - Le style artistique ...         19 - L’église Sainte-Anne... >>

Sommaire complet du dossier :