L’église Sainte-Anne

Grenade : le quartier de l'albaicin

L’église Sainte-Anne

Depuis le calvaire, avec l’église derrière le dos, avancez tout droit en traversant la place puis la rue qui la prolonge pour profiter d’un autre point de vue sur la ville basse et sur la plaine de la Vega.

Nous avons terminé d’explorer ensemble la partie haute de l’Albaicin, cèle de l‘habitat le plus modeste et au réseau de ruelles le plus entrelacé. Nous allons désormais traverser la partie basse afin de rejoindre la zone résidentielle plus luxueuse qui connut de nombreux réaménagements du 16e au 18e siècle. Toutes les routes mènent à la carrera del Darro. Vous êtes donc libres d’emprunter la voie qui vous tente pourvu qu’elle descende ! Et nous nous retrouverons ensuite sur la carrera del Darro, au niveau de l‘église Sainte-Anne, située au début de la carrera del Darro sur la Plaza Nueva.

L’église sainte -Anne est repérable à sa magnifique tour de briques de forme carrée qui s’élève sur le côté droit de l’église. Et qu’est-ce donc que cette tour ? Un ancien minaret allez vous dire. Eh bien non, perdu ! Pour une fois, ce n’est pas cela. En fait, c’est un exemple parfait du style mudéjar, art réalisé par des chrétiens, mais qui conserve de fortes empreintes de l’art musulman. Ce campanile fut construit au 16e. L’usage de la brique très fréquent chez les artisans musulmans est un indice supplémentaire de cette influence de l’art islamique. Surtout, les différents étages de cette tour sont rythmés par des azulejos blancs et se terminent par une toiture de tuiles vernissées. L’ensemble rappelle les éléments décoratifs des plus beaux palais des sultans. L’église fut effectivement bâtie au 16e siècle (entre 1537 et 1563), temps où prédomine l’architecture de la Reconquête qui est forte en symbolisme. Ce qui faisait la beauté des édifices musulmans fait désormais celle des édifices chrétiens. Cependant face à cette église, vous n’êtes déjà plus dans le quartier de l’Albaicin. Nous sommes effectivement sur la rive gauche de la rivière, au pied de la colline de l’Alhambra. Et cette église, comme d’ailleurs la grande Mosquée qui s’y trouvait auparavant, est le lieu de culte des habitants vivant dans cet autre petit village niché sur les premières pentes de la colline rouge. Coup de chance cette église est généralement ouverte ! Pénétrez à l’intérieur de l’église, pour admirer son plafond, joyau d’ébénisterie. Le maintien des plafonds à caissons en bois, assemblés par un jeu d’étoiles et d’entrelacs est un autre héritage de l’art musulman perpétré par des artistes chrétiens. Nous nous retrouverons ensuite à l’extérieur.


<< 18 - La place de San Migu...         20 - Le fleuve du Darro... >>

Sommaire complet du dossier :