Les Maquettes de la ville de Grenade

Grenade : visite de l'alhambra

Les Maquettes de la ville de Grenade

Et maintenant, quand vous avez le parking dans le dos, approchez-vous de l’entrée et de sa billetterie. A la droite de celle-ci, gagnez les 3 maquettes en bronze de la ville de Grenade. Cela nous permettra de visualiser l’Alhambra et de mieux comprendre son évolution.

Vous y êtes ? Bien. Toute la ville de Grenade y est représentée mais nous allons nous concentrer ici sur la colline de l’Alhambra. Regardez la 1ère maquette : vous pouvez repérer la partie la plus ancienne de l’Alhambra : sa citadelle. Si l’on compare la forme de la colline de l’Alhambra à un navire, alors la citadelle en constitue la proue. Elle se trouve à l’opposé de l’entrée où nous nous trouvons, à l’ouest donc. La citadelle actuelle a été remaniée aux 11ème et 14ème siècles, mais dès le 9ème siècle, cette colline possédait une construction fortifiée pour protéger la cité depuis cette hauteur. A cette époque, on est bien sûr déjà dans le temps de la Grenade arabo-berbère, sous la prestigieuse dynastie des Omeyyades qui gouverne depuis Cordoue. Rappelons que la conquête des ¾ de l’Espagne par les troupes arabo-berbères se déroule au début du 8ème siècle et que l’unité politique du califat est maintenue jusqu’au 11ème siècle. Après cette date al-Andalus n’est plus qu’un ensemble de petits royaumes et principautés gouvernés par des clans qui œuvrent chacun à l’embellissement et à la protection de leur propre capitale. Alors qu’en est il de Grenade ? et bien, du 11ème au 13ème siècle, elle est le siège de la dynastie des Zirides, qui est établie également au Maroc. Puis, du 13ème au 15ème siècle, elle est dirigée par la dynastie des Nasrides. Dynastie qui attache son nom à la plupart des constructions de l’Alhambra. Et vu l’histoire TRES mouvementée des successions politiques, il était donc bien normal que le premier urbanisme de la colline soit d’ordre militaire! Et c’est ce dont on se rend compte en regardant la 1ère maquette. Aujourd’hui encore, durant la visite, cette partie militaire reste facilement identifiable.
Passez à présent à la deuxième maquette. Cette fois, toute la partie « Palais » de la dynastie des Nasrides est construite. Vous pouvez en voir le tracé des remparts d’une longueur totale de 12 km pour une superficie de 40 hectares. Cela signifie que cette ville, voulue par les souverains pour accueillir leur administration et leurs palais, était aussi vaste qu’une grande cité romaine. Regardez à l’intérieur de ces remparts, vous voyez 7 petites éminences entourées de cours : elles représentent les 7 palais construits par les sultans nasrides. Une partie de ce faste s’est évanoui, et aujourd’hui il ne reste plus que 3 palais debout. Vous le verrez au cours de la visite, ces vestiges donnent une idée très précise de la vie palatiale. En revanche, après la dimension militaire, après la dimension Palatiale, il reste une autre dimension de l’Alhambra qui est plus difficile à imaginer. Laquelle nous direz vous ? Et bien, c’est cette animation qui y régnait. Car en fait, à flanc de collines, il y avait des centaines d’artisans et de princes. Et donc la colline était une véritable ville organisée en véritables quartiers avec les courtisans, les artisans, etc. Hélas, toutes les constructions qui étaient aménagées sur les pentes ont disparu.
Passons maintenant à la troisième maquette qui vous présente l’Alhambra après que la ville fut reprise par les souverains Catholiques, Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon. On y voit les ajouts voulus par les 2 souverains et par Charles Quint. Que voyez-vous au milieu de la colline ? Un gros édifice.. C’est le palais de l’empereur. Voyez sa forme : il est carré avec une cour centrale ronde. C’est très caractéristique de l’art renaissance. Mais nous y reviendrons par la suite. Par manque d’argent, il resta inachevé. Contrairement à la Mosquée-cathédrale de Cordoue, le baroque espagnol ne concurrence pas ici l’ordonnancement islamique primitif. Il faut même signaler que sans cette réappropriation du site par les souverains espagnols, l’ensemble aurait sans nul doute servi de carrière, comme cela a été le cas les premières années suivant la reconquête de la ville en 1492.


<< 2 - La visite de l’Alham...         4 - La Salle du Mexuar d... >>

Sommaire complet du dossier :