La Salle du Mexuar du Palais royal de la Justice

Grenade : visite de l'alhambra

La Salle du Mexuar du Palais royal de la Justice

Maintenant, passez la billetterie et la librairie et avancez jusqu’au Palais royal de la Justice. Notons que la visite se terminera au même endroit. Le parcours fléché vous conduit dans la salle du Mexuar, l’unique vestige du Palais royal de Justice. Il est intéressant de noter le positionnement de ce palais, juste à l’entrée de la cité palatine, la fonction de justice étant justement de faire le lien entre le prince et la population. Tandis que le cœur du pouvoir politique est plus éloigné des portes des remparts.
Dans cette pièce avaient lieu les procès. Les coussins et tapis du juge, que l’on appelle « le cadi » dans la société musulmane, étaient disposés à votre droite le long du mur et le suspect se tenait au centre. Dirigez vous vers le fond de la pièce, face à la porte par laquelle vous êtes entrés. Ce renfoncement correspond à un oratoire privé qui pouvait être utilisé par l’un ou l’autre des protagonistes. Par les fenêtres de l’oratoire, on peut apercevoir les soubassements en ruines du reste du Palais de Justice qui correspondent aux anciens services administratifs du sultanat.

La décoration de la salle répond à tous les critères de l’art islamique, mais nous aurons le loisir de détailler ces points ultérieurement. Vous pouvez d’ores et déjà vous familiariser avec les matériaux utilisés qui se répèteront tout au long de la visite : les carreaux de céramique murale (ou azulejos), le stuc ciselé, le bois peint et sculpté. L’art d’islam a le don de rendre noble les matériaux les plus simples.
Mais ce qui nous intéresse ici, c’est plutôt le mélange des styles artistiques. Nous avons effectivement un bel exemple de réaménagement chrétien du site. Regardez les fenêtres. Vous pouvez remarquer qu’elles ne se prolongent pas jusqu’au sol et ne sont donc pas typiques d’un mode de vie à l’orientale, où tout était fait pour des gens assis à terre sur des tapis. Abandonnés par le sultan et sa Cour, les palais furent pillés et les fenêtres en bois furent les premières victimes ! Les hivers sont rigoureux à Grenade et l’Andalousie ne regorge pas précisément de forêts ! Ce que vous voyez, ce sont des fenêtres « à l’occidentale » rétablies durant le 16ème siècle quand le site fut mieux protégé et entretenu. En effet, à l’époque de Charles Quint (1519-1555), l’Alhambra est intégrée au patrimoine des Palais Royaux et à ce titre elle est mise à l’abri des actes de vandalisme qui ont caractérisés les premières années suivant la reconquête.


<< 3 - Les Maquettes de la ...         5 - La cour du Mexuar... >>

Sommaire complet du dossier :