Le péristyle de la Cour des lions

Grenade : visite de l'alhambra

Le péristyle de la Cour des lions

Nous quittons désormais la partie publique et officielle de l’Alhambra nasride pour nous consacrer à la visite des parties privées. Revenez sur vos pas pour rejoindre le bassin de la Cour des Myrtes et sortez par la 4ème porte sur votre gauche. Continuez tout droit sur une vingtaine de mètres, vous arrivez alors directement sous le péristyle de la Cour des lions.

Nous allons vous introduire à la magie et au mystère de cet endroit ; tenez vous tout simplement là où il n’y a pas de trop de monde pour profiter de la vue d’ensemble.

Si vous avez la chance de déambuler dans ce patio sans trop de foule, vous êtes certainement charmés par l’harmonie du lieu. Toutefois, à l’époque nasride la cour des lions était encore plus resplendissante car à la place des galets que vous pouvez voir tout autour de la fontaine, se tenait un magnifique jardin planté. Cet art du «  jardin dans le palais » était emblématique de l’art arabo-andalou, que l’on retrouve fréquemment au Maroc dans les fameux riads. Le jardin était planté en contrebas, c'est-à-dire que la racine des arbustes était en dessous du niveau du sol et la cime à peu près à hauteur d’épaules, afin de ne pas gêner la perspective d’ensemble. L’idée était de transformer le sol en tapis de fleurs et de fruits, bref vous rentriez ici dans un petit paradis sur terre. Les conservateurs ont tenté, une quinzaine d’années auparavant, de faire revivre ce jardin. Mais la foule de visiteurs et des problèmes d’infiltration d’eau qui menaçaient la structure de la fontaine les ont finalement fait changer d’avis.

La Cour doit son nom à la grande fontaine de pierre que vous pouvez voir au centre du patio : sa vasque repose en effet sur 12 lions de marbre blanc, ou pour être plus précis sur 6 lions et 6 lionnes ! Observez attentivement leurs crinières : vous verrez qu’elles diffèrent selon qu’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Peut être n’en comptez vous que onze, cela signifie que l’un d’entre eux est actuellement dans l’atelier de restauration. Son origine reste obscure. Ce que l’on sait avec certitude est que cette fontaine est plus ancienne que la construction du Palais qui l’abrite. Mais on ne sait pas exactement où elle était placée originellement. Une des hypothèses les plus solides la situe dans un palais juif grenadin du 11ème siècle : les 12 lions symboliseraient alors les 12 tribus d’Israël. L’indice qui a conduit à cette hypothèse est que les 4 lions des 4 points cardinaux portent sur leur front un triangle renversé, si on les assemble cela forme l’étoile de David à 6 branches. Pour profiter de ces détails, il faut vous rendre au petit musée archéologique de l’Alhambra situé dans le palais de Charles V. Des photos vous montreront ces détails. Ici on n’a pas le droit de s’approcher trop près. Une fois qu’elle a été déplacée et installée dans ce palais, la fontaine a participé à la construction d’une image du paradis : les 4 canalisations qui partent aux 4 points cardinaux symbolisent les 4 fleuves du Paradis, présents aussi bien dans le Paradis biblique que dans le Paradis coranique.


La Cour des lions n’est en réalité pas qu’une Cour, mais bien le centre d’un autre palais, celui qui fut construit par le grand sultan Mohammed V qui règna durant toute la seconde moitié du 14ème siècle.


<< 8 - La Salle du Trône ou...         10 - Les colonnes du péri... >>

Sommaire complet du dossier :