L’intérieur du temple de Kiyomizu-dera 

Kyoto : visite de kyomizu dera

L’intérieur du temple de Kiyomizu-dera 

Tournez-vous, maintenant vers la droite. Eh oui, vous allez franchir un petit pont ! Vous comprenez tout de suite qu’il s’agit d’un décor ! Ce pont ne couvre aucun vide où un cours d’eau pourrait se faufiler ! En effet, il s’agit d’un décor. Mais pourquoi donc ? Et quelle en est l’utilité ? La réponse est simple. On ne pénètre jamais directement dans un lieu sacré. Et bien souvent, une rivière ou un ruisseau doit être franchi pour l’atteindre. Compte tenu de la topographie, ce petit pont est donc une sorte de “point-virgule” qui vous contraint à marquer une pause avant d’entrer dans le vif du sujet. Franchissez ce passage bordé d’une courte rampe de chaque côté, donc, ce pont, puis la porte et enfin le corridor qui lui succède.

Remarquez comme vos pas résonnent d’une autre manière. Vous êtes sur du plancher ! Vous avez atteint le hall principal du temple de Kiyomizu-dera : on l’appelle « hon-dô ». Conçu à flanc de colline, son assise repose sur un large échafaudage qui lui a valu sa renommée. Approchez vous de l’étrange statue que vous apercevez devant vous.

Vous êtes, maintenant, devant cette curieuse statue de bois représentant un personnage trapu à la peau noire et vêtue de rouge ! On l’appelle : « Dai Kokou », le “ Grand Noir ”. Intéressons nous quelques instants à cette étrange figure ! Au cours, donc, de ce qu’on est convenu d’appeler le Moyen Age japonais, à partir en gros, du 14e siècle et surtout du 15ième siècle, les activités agricoles et artisanales prennent une importance croissante, une classe de marchands s’affirme et s’enrichit. La croyance aux divinités de la Bonne Fortune s’en trouve stimulée, et l’image de ce dieu devient populaire. Son culte jusqu’alors célébré uniquement dans les monastères, dont il assurait, en particulier, le bon approvisionnement en nourriture, se répandit largement. Il est donc en quelque sorte un dieu d’abondance. Ce qui explique, regardez bien sous ses pieds, la présence de ces 2 volumineuses balles de riz ornées chacune du décor d’une sorte de fruit en pointe. Ce fruit est, en fait, un joyau qui exauce tous les désirs ! Il tient dans la main droite un sac… Symbolisant toujours l’abondance, bien sûr. Mais que tient-il dans la main gauche ? Oui, c’est cela… C’est un petit maillet. Pourquoi un petit maillet ? Attention, c’est très subtil. Un maillet sert à frapper, bien évidemment, non ? Mais frapper pour quoi ? Et bien pour faire surgir tous les biens à volonté !


<< 12 - La fontaine...         14 - Le point de vue sur ... >>

Sommaire complet du dossier :