Le sanctuaire

Kyoto : visite de kyomizu dera

Le sanctuaire

A présent, retournez-vous, et rapprochez-vous du sanctuaire proprement dit.

Vous êtes maintenant face au « hon-dô » : le hall principal du kiyomizu-dera. Sa façade est, comme vous le remarquez, assez large et précédée d’un auvent. Montez sur le premier plancher qui le borde, avant d’aller plus avant. Devant vous : des colonnes qui soutiennent justement cet auvent. Rien de surprenant, certes ; mais que remarquez-vous de particulier entre ces colonnes ? Bien vu, vous remarquez d’épaisses pièces de métal circulaires au-dessus desquelles sont fixées de longues cordes torsadées agrémentées d’un gros grelot. Il y en a trois ! Quel en est l’usage ? La réponse est simple. En effet, les fidèles aiment à solliciter l’attention des dieux avant de les vénérer. Que faire donc pour attirer leur attention ? Deux solutions s’offrent à eux : la première, la plus simple, consiste à frapper dans leurs mains 2 ou 3 fois avant de s’incliner ; la seconde, plus subtile, consiste justement à saisir cette corde, et d’un geste habile à faire en sorte de cogner le grelot contre la plaque de métal qui fait office de gong. Allez ! Essayez ! Vous verrez que ce n’est pas si facile. Une sorte de geste circulaire devrait vous permettre d’y parvenir !

Avancez maintenant au centre du bâtiment. Si vous baissez légèrement les yeux, vous remarquez qu’une sorte de grande caisse vous sépare de la grande salle plongée dans une semi-obscurité. Cette grande caisse est “ une boîte à offrandes ” ! Nommée en japonais « saisen-bako », cette boîte est destinée à recevoir les offrandes des fidèles. La coutume exige, en effet, que l’on y jette quelques pièces de monnaie. Cette coutume est devenue plus que précieuse aujourd’hui, car depuis la séparation de l’Eglise et de l’Etat, après la Seconde Guerre mondiale, les édifices religieux du Japon ont beaucoup de mal à assurer leur entretien. Votre donation est donc bienvenue !  Merci pour Kiyomizu-dera !


<< 14 - Le point de vue sur ...         16 - Le Kannon... >>

Sommaire complet du dossier :