Le shintoïsme ou shintô

Kyoto : visite de kyomizu dera

Le shintoïsme ou shintô

A présent, contournez ce hall principal de Kiyomizu-dera. Vous arrivez sur une sorte de petite place. Arrêtez-vous quelques instants ! Sur votre gauche, vous remarquez un petit escalier surmonté d’un portique de pierre. Cette sorte de portail sans vantail composé de deux piliers verticaux et de deux poutres transversales est un « torii ». D’origine indienne, ce portique est pratiquement indissociable du paysage japonais. L’interprétation la plus courante consiste à dire que le « torii » figure le perchoir du coq, l’animal sacré annonciateur du soleil que prisait entre tous la déesse Amaterasu. D’autres y voient la forme stylisée de l’idéogramme “ ciel ” ou tout simplement, le chambranle de la porte d’entrée des maisons protohistoriques. Sa fonction est, avant tout, de désigner l’entrée d’un lieu sacré « shintô ». Mais qu’est-ce que le « shintô » ou le « shintoïsme » ? Le shintoïsme ou shintô, autrement dit “la voie des dieux” ou “la voie du divin” est la religion fondamentale la plus ancienne du Japon. Le terme Shintô est apparu pour différencier cette ancienne religion du Bouddhisme, courant religieux étranger. Le Shintô est un mélange d'animisme et de chamanisme, c'est-à-dire qu’il postule la présence d’une âme dans tout élément naturel (pierres, plantes, animaux etc.) et la possibilité d’une communication entre ces âmes et les humains. Le concept majeur est donc le caractère est les divinités ou esprits du shintoïsme. Un cours d'eau, un astre, un personnage charismatique, une simple pierre, ou même des notions abstraites comme la fertilité peuvent être considérés comme des « kami ». Considérons donc le shintoïsme comme une religion populaire, traditionnelle, mais devenue, avec le temps, indissociable du Bouddhisme, auquel elle s’est mêlée. Ainsi dans tout lieu bouddhique, vous trouverez inévitablement un ou plusieurs sanctuaires shintô dédié à tel ou tel dieu. Le « torii » que vous voyez donc sur votre gauche marque l’entrée d’un sanctuaire bien connu nommé Jishu-jinja ; celui-ci est dédié à Okuninushino-Mikoto, un dieu de l’amour et des « bonnes rencontres ». A l’intérieur du sanctuaire se trouvent 2 « pierres d’amour » placées à dix-huit mètres l’une de l’autre, distance que les visiteurs célibataires essaient de franchir les yeux fermés. L’accomplissement de ce trajet est vu comme un présage de future rencontre amoureuse. On peut être aidé pour réaliser le parcours, mais alors cela signifie qu’un intermédiaire sera nécessaire pour rencontrer l’âme soeur !


<< 16 - Le Kannon...         18 - La fameuse chute d’e... >>

Sommaire complet du dossier :