La place de Paris, un vaste espace rectangulaire

L'avenue unter den linden

La place de Paris, un vaste espace rectangulaire

Tournez-vous à présent vers l’avenue Unter den Linden. Vous voyez tout d’abord devant vous la Pariserplatz, la place de Paris, qui forme un vaste espace rectangulaire devant la porte et qui est encadrée à gauche et à droite par des constructions modernes. Cette place doit son nom à la prise de Paris en 1814 par les Prussiens et les Russes et non à la présence de l’ambassade de France que vous pouvez effectivement voir sur votre gauche. Vous voyez flotter le drapeau bleu blanc rouge. Puis, allez à droite de l’autre côté de la place - soit en face de l’ambassade de France -, et rendez vous au n°3 place de Paris. Il s’agit du bâtiment géométrique avec une façade de verre précédé par un gazon.

Ce bâtiment, occupé par la banque DZ est un chef-d’œuvre moderne conçu par l’architecte canadien Frank Gehry et inauguré en 2000. Gehry est aussi l’auteur du musée Guggenheim de Bilbao. Il est l’un des premiers architectes dont les œuvres sont absolument inconcevables sans l’utilisation des logiciels informatiques les plus complexes.
L’intérieur aussi vaut le coup d’œil. N’hésitez pas à entrer : attention les portes sont automatiques !

Voyez, à l’intérieur de la banque, il a créé un puits de lumière supporté par une voûte en verre et en acier semblable à un filet de pêche. Elle est soutenue par des murs recouverts de bois rougeâtre cachant les bureaux. Au milieu de cette cour, vous voyez une impressionnante sculpture gigantesque en métal ressemblant à un torse tronqué. Cette énorme sculpture abrite en réalité la salle de conférence. Et vous avez ici un bel exemple d’architecture contemporaine cherchant à relier architecture et sculpture.
Quand vous aurez fini de découvrir ce chef-d’œuvre de l’architecture contemporaine, vous pourrez sortir.

À côté de la banque DZ et sur le même trottoir, au numéro 4 de la place, vous découvrirez un autre bâtiment moderne couvert de verre : il s’agit de l’académie des arts inaugurée en février 2005. Voyez sa grande façade de verre : c’est l’image de la transparence des arts. La façade de verre permet de voir l’intérieur du bâtiment, un principe très apprécié de l’école d’architecture de Stuttgart.
Cette institution est très ancienne : elle fut fondée en 1696 par le prince-électeur Frédéric 3 et fut la troisième académie des Beaux-Arts ouverte en Europe, après celles de Paris et de Rome. Elle réunissait en son sein la peinture, la sculpture et l’architecture. Elle eut de prestigieux directeurs comme Gottfried von Shadow, le sculpteur du quadrige de la porte de Brandebourg, comme l’écrivain Heinrich Mann, auteur du célèbre livre de l’Ange Bleu, qui, porté à l’écran, fit connaître Marlène Dietrich, ou encore comme le peintre Max Liebermann. Le Musée de la « Alte Gemäldegalerie » sur l’île des Musées possède nombre de ses tableaux. Sa fin fut tragique : juif, cet artiste couvert d’honneurs perdit toutes ses fonctions en 1933. Sur ordre de Hitler, l’institution fut fermée et le bâtiment fut attribué à Albert Speer, l’architecte d’Hitler, qui y dessina les plans de Germania, la future capitale du 3e Reich. Max Liebermann s’enferma alors dans son palais, baissa les jalousies pour ne plus voir les défilés dans la rue. A sa mort, en 1935, son épouse se suicida dans leur appartement pour éviter la déportation.
Le bâtiment lui-même fut ensuite endommagé par les bombardements alliés puis rasé en 1953. L’académie fut rouverte en 1950 et placée sous l’égide du conseil des ministres de la RDA. Beaucoup d’artistes refusèrent d’y travailler et restèrent à l’ouest où, en 1953, fut inaugurée l’université des Beaux-Arts de Berlin Ouest. Cette dernière existe toujours, mais la direction des deux académies est désormais commune.


<< 4 - La célèbre porte de...         6 - L’hôtel Adlon, un bâ... >>

Sommaire complet du dossier :