La fondation Salomon R Guggenheim de Berlin

L'avenue unter den linden

La fondation Salomon R Guggenheim de Berlin

Retournez sur l’avenue Unter den Linden en prenant Charlottenstrasse sur votre droite. Sur l’avenue Unter den Linden tournez à droite et descendez l’avenue jusqu’au numéro 13-15. Vous serez alors devant la fondation Salomon R Guggenheim de Berlin.

Cette fondation est installée depuis 1997 dans le complexe de la Deutsche Bank, un bel immeuble construit en 1920. L’institution ne dispose pas de collections permanentes comme à New York ou à Venise, mais organise des expositions temporaires d’art contemporain. Les héritiers Guggenheim souhaitaient absolument ouvrir un lieu d’exposition à Berlin pour rappeler que la famille était originaire d’Allemagne et avait dû fuir le régime nazi. La première directrice du musée de New York, Hilla Rebay, avait également fui la Prusse pour se réfugier aux USA. Avec ce musée, la famille Guggenheim a dressé un pont entre un passé tragique et un avenir prometteur.
N’hésitez pas à vous y arrêter, les expositions à taille humaine y sont le plus souvent très intéressantes.
Continuons notre promenade. Et tout d’abord, tout en marchant, regardons le trottoir d’en face. Vous pouvez voir un énorme bâtiment en pierre grise précédé de colonnes monumentales.
Ce bâtiment, inauguré en 1914, fut construit sous l’empereur Guillaume 2 et abrite la bibliothèque nationale Unter den Linden, ancienne bibliothèque impériale.
Une construction bien massive avec les grands pilastres de sa façade, avec ses fenêtres régulières et son entrée précédée de monumentales colonnes qui soutiennent un fronton triangulaire. Levez les yeux vers ce fronton. Vous y voyez représenté en relief plat, une femme de profil et vêtue d’une armure grecque conduisant un char à 4 chevaux. De chaque côté, elle est entourée d’un homme nu dont l’un porte une petite statue antique de Nike et l’autre s’appuie sur une armure. Il s’agit de la déesse Minerve, déesse de la Sagesse et protectrice des Sciences. Il est néanmoins très surprenant de voir la déesse représentée, comme ici, sous un aspect militaire ! De chaque côté du fronton, trône sur la toiture une grande statue de femme. Regardez celle de droite : elle porte une peau d’ours sur la tête et sur le bouclier vous voyez de nouveau un ours. Il s’agit de la personnification de la ville de Berlin. Les symboles de l’antiquité ont donc été quelque peu chahutés pour être mis au goût du jour ! Et ce goût, c’est en fait celui de l’empereur Guillaume 2 qui n’avait aucune idée en matière artistique et n’aimait que le monumental, teinté de martial. L’écrivain Heinrich Mann disait : « l’empereur a le goût d’une cuisinière ». Et nous, nous pourrions presque rajouter : d’une cantinière militaire !
Le fonds de la bibliothèque comprend environ 4 millions de volumes. Il faut savoir que le terme « bibliothèque nationale » s’applique à l’Etat local, c’est à dire au Land et non au pays. Ici, vous n’avez pas de bibliothèque nationale centralisée comme en France, et chaque Etat a la sienne.


<< 13 - Schauspielhaus, l’un...         15 - La Place Bebel de Be... >>

Sommaire complet du dossier :