Les 3 palais liés par une pergola

L'avenue unter den linden

Les 3 palais liés par une pergola

Tournez le dos à l’université et regardez sur le trottoir d’en face et à gauche de l’opéra.
Vous êtes sans doute charmés par les trois palais successifs liés par une pergola. Ils possèdent une élégance presque méditerranéenne qui change énormément de l’architecture triomphale et un peu lourde de Guillaume 2. Vous pouvez constater qu’il est plus facile d’admirer les façades en restant sur le trottoir de l’université.
Regardez ensuite le premier bâtiment qui suit directement l’opéra à sa gauche. Ce délicat bâtiment est surnommé palais des princesses et abrite maintenant le café de l’opéra. Il est construit perpendiculairement à l’avenue Unter den Linden dans la Oberwallstrasse et est précédé d’un espace vert où l’été vous avez des tables pour prendre une collation en terrasse. Voyez sa façade : elle est percée de grandes fenêtres terminées par un arrondi. Et son toit est un toit à la mansard : c'est-à-dire qu’il est haut et typique des châteaux français : tous ces éléments respirent la légèreté du 18e siècle.
En fait, il fut aménagé en 1811 à partir d’un ancien hôtel particulier baroque pour les trois filles de la reine Louise et du roi Frédéric-Guillaume 3, l’ennemi de Napoléon Ier. Le roi a fait conserver les façades originales de 1733 et a ordonné la transformation de l’intérieur. Il fit seulement rajouter une passerelle – vous voyez, cette dernière ressemble à un pont liant le palais des princesses au Palais voisin à gauche. Vous voyez en outre 2 deux statues de marbre commandées par l’empereur Frédéric Guillaume 3 pour remercier ses 2 principaux généraux qui ont participé à la victoire contre les armées napoléoniennes.
Regardons de nouveau vers le palais des Princesses. Et tout particulièrement, regardons cette passerelle et le palais voisin. Vous y êtes ? Cette fois, vous êtes à nouveau replongés dans l’architecture néo-classique du 19e siècle avec ses rangées de colonnes antiques. Son charme réside essentiellement dans son entrée sur l’avenue que précède un portique de 4 colonnes et dans sa jolie colonnade rappelant une pergola qui s’étend à sa gauche.
Ce palais était la résidence du kronprinz, le prince héritier. Le bâtiment fut agrandi et transformé en 1732 pour loger le prince Frédéric, le futur Frédéric 2 le Grand dont nous avons vu la statue équestre. Le jeune prince ne s’entendait pas du tout avec son père, le roi Sergent Frédéric Guillaume 1er, et quitta le logis familial – le château royal - pour s’installer ici. Ce coup de tête –cette fugue presque - se transforma ensuite en tradition : pendant tout le 18e et le 19e siècle, le palais logea les princes héritiers successifs. Ainsi en 1859, naquit Guillaume 2 dans ce palais où résidaient ses parents Victoria, fille de la reine d’Angleterre et Frédéric, futur Frédéric 3.
Néanmoins, nous devons ici vous décevoir, car ses deux magnifiques palais, rendus inséparables par la passerelle, remontent en fait aux années 1960. Ils avaient en effet été absolument anéantis par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale puis furent reconstruits à l’identique. Les restaurateurs utilisèrent des plans d’archives, de nombreuses photographies et gravures anciennes et surtout firent mouler les ornements sur les ruines.
Et maintenant, regardez le dernier palais à gauche du palais du prince héritier.
Ce dernier bâtiment flambant neuf avec sa belle façade classique blanche est le plus jeune de l’Avenue. Il a été reconstruit à l’identique au début des années 2000. Au 19e siècle, il servait de logement de fonction du chef d’état-major. Le nouveau bâtiment, rebâti de toutes pièces, appartient à une importante maison d’édition. Il achève la perspective de Unter den Linden dont il possède le numéro 1.


<< 19 - L’université d’Humbo...         21 - Le neue Wache, un mo... >>

Sommaire complet du dossier :