Käthe Kollwitz, une sculptrice expressionniste

L'avenue unter den linden

Käthe Kollwitz, une sculptrice expressionniste

Revenons à la «Neue Wache» : en 1930, l’intérieur fut modifié pour en faire le monument aux soldats tombés pendant la Première Guerre Mondiale. A l’époque de la RDA, le monument servait de mémorial pour les victimes du fascisme et du militarisme. En 1990, le gouvernement décida d’en changer le texte de l’ère communiste. Vous pouvez lire la traduction française de ce texte officiel sur le mur de droite sous le portique.

Ce texte, dédié à toutes les victimes du nazisme et du totalitarisme, invite à entrer un instant dans ce lieu de souvenir. Nous vous conseillons d’entrer et vous serez saisis par l’aspect simple et presque méditatif d’un espace vide occupé par une superbe sculpture centrale sur laquelle tombe la lumière par une ouverture dans la voûte.

Cette Pietà en bronze est une copie agrandie d’un original de la sculptrice expressionniste Käthe Kollwitz, datant des années 30 et montrant une femme tenant son fils mort sur les genoux. Qui mieux qu’une femme tenant son enfant mort peut symboliser l’immensité de la douleur ressentie devant un pareil événement ? Ce monument est d’autant plus émouvant que Kollwitz avait elle-même perdu son fils, Pierre, alors âgé de 18 ans pendant la Première Guerre mondiale. La représentation est pleine d’émotion : une femme enveloppée d’un large manteau est penchée sur le corps presque décharné d’un jeune homme mort. Il s’agit d’un style propre à l’art allemand des trois premières décennies du 20e siècle. Les formes très expressives et souvent chargées d’un sentiment de douleur ont donné leur nom à ce style : l’expressionnisme.


<< 21 - Le neue Wache, un mo...         23 - Le palais Am Festung... >>

Sommaire complet du dossier :