Le palais Am Festungsgraben et le théâtre Gorki

L'avenue unter den linden

Le palais Am Festungsgraben et le théâtre Gorki

Faites le tour du monument et vous découvrirez une place très agréable et ombragée par des tilleuls. Et d’ailleurs, au passage, en longeant la nouvelle Garde, vous pourrez voir la structure de brique. Allez devant le palais faisant face à la Neue Wache au fond de cette petite place. Il s’agit de l’adresse Am Festungsgraben 1-2

Le palais dit Am Festungsgraben (traduction : près des fossés fortifiés) haut de trois étages est caractérisé par ses 3 rangées régulières superposées de fenêtres et son balcon médian au dessus de l’entrée. A partir de 1787, il servit de résidence au ministre prussien des finances.
Cette fois, vous devinez facilement qu’il s’agit d’une architecture néo-classique comme vous en avez déjà vu beaucoup. Néanmoins, il ne reçut cet aspect que tardivement, en 1860.
Occupé par le quartier général soviétique après 1945 , il servit de «maison de l’amitié germano-soviétique» à partir de 1950. Et il n’y a pas grand-chose d’autre à en dire.
Rendez-vous à gauche du palais devant le bâtiment voisin qui s’élève au fond d’un avant cour : encore une fois, c’est une architecture néo-classique rappelant un temple antique ! Vous ne pouvez pas vous trompez, il est précédé d’une pancarte : Maxime Gorky Theater.


Le bâtiment fut construit d’après des plans de Schinkel pour abriter le chœur de chanteurs de la «Singerakademie», fondé en 1793.
Maintenant, vous devez reconnaître le style de Schinkel devant cette façade en forme de temple corinthien. Rappelons qu’on reconnaît aisément l’ordre dit « corinthien » aux décorations en haut des colonnes : ce sont des petites feuilles d’acanthes. Revenons à ce bâtiment : sous le fronton démuni de sculpture, vous lisez «Maxime Gorky Theater ». Pourquoi ce nom de dramaturge russe ? Tout simplement parce que le bâtiment a été restauré après la guerre et a réouvert ses portes en 1952 en tant que salle de théâtre classique. Quand à Maxime Gorky, il s’agissait d’un hommage à un grand poète et en même temps un salut amical du gouvernement de la RDA aux amis soviétiques.


<< 22 - Käthe Kollwitz, une ...         24 - Le bâtiment de Pei... >>

Sommaire complet du dossier :