Le bâtiment de Pei

L'avenue unter den linden

Le bâtiment de Pei

Quittez le théâtre en longeant de nouveau le palais Am Festungsgraben sur votre gauche et arrêtez-vous devant l’immense bâtiment baroque un peu rosé avec de belles sculptures de trophées militaires au-dessus des fenêtres et sur la balustrade du toit.

Vous vous trouvez devant l’Arsenal, le premier bâtiment baroque de Berlin construit autour de 1700 à partir d’un plan imaginé pour le Louvre par François Blondel, architecte de Louis 14. Lors d’un séjour à Berlin, Blondel avait offert ce plan au roi Frédéric Ier de Prusse.
Aujourd’hui, il abrite le musée de l’histoire allemande. Mais, avant de le découvrir, vous pouvez voir en face du palais Am Festungsgraben et à gauche de l’arsenal, une construction moderne en verre précédé d’une petite tour formant une spirale.
Ne trouvez-vous pas qu’elle ressemble à une sculpture gigantesque ? Regardez la superposition harmonieuse des trois cylindres. Mais à quoi peut bien servir cette construction ? Regardez bien à travers les parois et vous voyez qu’en réalité, elle cache un escalier ou plus exactement, elle est elle-même un escalier. Il s’agit en fait de l’entrée des espaces d’exposition du musée de l’histoire allemande dont le projet fut commandé par le chancelier Helmut Kohl en 1995 à l’architecte sino-américain Ieo Ming Pei, souvent qualifié de “Maître de la lumière».
Vous pouvez jeter un coup d’œil dans le hall d’entrée afin de mieux admirer le jeu des formes imaginées par Pei. Nous nous retrouverons dans le hall.

N’hésitez pas à avancer un instant. Tant que vous ne pénétrez pas dans les espaces d’exposition, l’entrée est gratuite. Si vous le souhaitez, vous pourrez par la suite voir l’une des expositions temporaires présentées dans le bâtiment. Elles ont toujours rapport – comme l’indique le nom du musée- à l’histoire allemande.

Vous voici dans le bâtiment de Pei. Pour en apprécier les formes, avancez tout droit en passant devant le comptoir d’accueil et de vente des billets. Allez jusqu’à l’escalator situé au fond devant vous et descendant vers l’étage intérieur.

Arrivés là, tournez le dos à cet escalier et regardez en direction de l’entrée. Vous pouvez ainsi embrasser du regard la structure transparente de Pei. Admirez la couverture au dessus de votre tête constituée par une grande verrière maintenue par un véritable treillage de fer. Cela fait penser à la pyramide du Louvre à Paris. Cette fois Pei à simplement fait éclater sa pyramide en en gardant les éléments essentiels : Verre, structures métalliques et naturellement l’escalier en béton blanc au centre de l’espace.
Tournez maintenant le dos à l’entrée et admirez sur votre gauche, les admirables espaces barrés par des passerelles superposées correspondant aux couloirs reliant les divers étages. Vous voyez également, toujours à gauche, une grande ouverture circulaire encore une fois barrée par une passerelle. Cette dernière doit vous faire penser à l’architecture traditionnelle chinoise qui servit de modèle à Pei. L’ensemble, avec ses formes régulières, sa verrière et la couleur uniformément gris-blanc des parois inspirent le calme et le repos. Au fond, vous pouvez voir une grande composition peinte qui brise un peu l’uniformité blanche. Il s’agit d’un tableau du peintre allemand mondialement célèbre Anselm Kiefer. L’œuvre est composée d’un mélange d’acrylique, de roses séchées et de fils barbelés provenant d’une base de l’Otan.
Un passage souterrain conduit directement sous la rue entre les salles d’exposition et la cour de l’arsenal, mais nous vous proposons de longer le bâtiment pour en apprécier la décoration extérieure.


<< 23 - Le palais Am Festung...         25 - L’Arsenal... >>

Sommaire complet du dossier :