L’Etage supérieur de la basilique Saint Marc

L'extérieur de la basilique saint marc

L’Etage supérieur de la basilique Saint Marc

Et maintenant, considérons la façade que nous avons sous les yeux. D’une longueur de 52 mètres, la façade est divisée en deux registres presque deux étages pourrions-nous dire-, inférieur et supérieur, qui présentent, tous deux, la même structure à cinq arcades. Allez-y : comptez-les !  Il y en a bien 5.

Mais pour l’instant, regardons d’abord l’étage supérieur et en particulier les espaces pleins en forme de demi-cercle sous les arcs. Ce sont les tympans. Et sur ces tympans, nous pouvons admirer les magnifiques mosaïques sur fond doré. Réalisées au début du 17ème siècle par un artiste vénitien, ces mosaïques figurent la Résurrection du Christ. Ainsi, de gauche à droite, nous pouvons voir : la « Déposition », la « Descente aux Enfers », et puis, après l’arcade centrale vitrée, la « Résurrection » et « l’Ascension du Christ ». Ces mosaïques ne sont pas des chefs-d’œuvre d’art, mais elles reflètent le cœur du programme iconographique de la basilique : la Résurrection, l’espoir que tout fidèle a lorsqu’il rentre dans une église.
Regardons maintenant au-dessus de ces mosaïques. L’encadrement que nous voyons, orné de feuillages et de statuettes, est un splendide exemple de la sculpture toscane du début du 15ème siècle. C’est aussi le chef-d’œuvre de Niccolo Lamberti, l’un des artistes florentins venus faire carrière à Venise. Une preuve de plus que cette basilique est bien un mélange de styles et d’influences ! Voyez-vous les statues dans les logettes, ces petits édifices surmontés de toits pointus ? Elles représentent, de gauche à droite, l’Ange Gabriel, puis chacun des Quatre Evangélistes et la Vierge de l’Annonciation.
Soyez plus particulièrement attentif aux deux premières statues en partant de la gauche : Gabriel et saint Matthieu, reconnaissable à son attribut, l’ange : leurs drapés, très travaillés, lourds, mais élégants sont typiques de la Renaissance, un art alors à son apogée à Florence.
Considérez à présent la statue de Saint Marc, située tout en haut de l’arcade centrale, la seule qui soit vitrée. La voyez-vous ? Dominant la basilique et la place, l’Evangéliste bénit Venise de sa main droite. Cité dont il est le saint patron depuis le 9ème siècle. Cité dont son emblème, le lion ailé, est représenté juste en dessous marchant sur la voûte céleste et tenant l’Evangile. Que de symboles de puissance, à la fois politique et religieuse !


<< 2 - La basilique Saint M...         4 - Les Chevaux de Saint... >>

Sommaire complet du dossier :