Le tacheles, un centre culturel berlinois très célèbre

L'île des musées et le vieux berlin

Le tacheles, un centre culturel berlinois très célèbre

Continuons à marcher sur le trottoir du Friedrichstadt Palast pendant une centaine de mètres jusqu’à une palissade donnant sur un terrain en friche. Nous verrons alors un grand mur couvert de graffitis très colorés. Ce terrain est en face de l’arrêt de Métro  « Oranienburger Tor »

Nous voici donc devant le terrain vague protégé de la rue par des grilles. Est-ce un chantier de construction? Eh bien non ! Nous sommes devant un centre culturel berlinois très célèbre. Ce lieu s’appelle maintenant le Tacheles. Naturellement, au premier abord, cet endroit ne semble pas très accueillant : regardez les herbes sauvages qui poussent partout, les éléments en métal rouillés et le grand mur de gauche couvert également de graffitis. Il correspond naturellement à la façade latérale d’un immeuble.

N’hésitons pas à nous avancer un instant sur le terrain en passant à côté de la barrière basse. Cet endroit est ouvert au public. Et plaçons-nous devant le grand mur peint de graffitis.

En observant bien ce mur, nous remarquons que les graffitis furent exécutés par une seule et même personne. Il y a en quelque sorte une unité et un jeu des couleurs et des formes qui n’est pas déplaisant. Nous y voyons, par exemple, un grand visage de femme peint en jaune, des personnages noirs ressemblant à des dessins primitifs africains. Nous avons une dominance des couleurs bleu, jaune et rouge. Cela ne vous rappelle-t-il pas un peu les créations de Miro ou même certaines œuvres de Picasso ? En effet, il s’agit d’une œuvre d’art. Ce que l’on appelle aujourd’hui une Performance.

Tournons-nous pour regarder dans le fonds du terrain. Nous voyons un grand bâtiment en ruine avec une arche. Il semble que la façade ait été éventrée. Et en effet, ce bâtiment fut victime des bombardements de la Seconde Guerre et une partie de la façade s’est effondrée. Néanmoins, en observant plus attentivement, nous remarquons que la façade encore debout est fermée par de hautes baies vitrées, qui lui donnent un peu un aspect d’ateliers d’artistes. Et bien c’est le cas !! Nous sommes sur le terrain d’une colonie d’artistes alternatifs qui occupa les ruines le 13 février 1990. Ces artistes demandèrent de stopper la destruction programmée par les autorités. Ils eurent gain de cause et en 1992, l’immeuble fut placé sous la protection des monuments historiques.


<< 10 - Friedrichstadt palas...         12 - L’intérieur du tache... >>

Sommaire complet du dossier :