Les portes de la basilique

La basilique saint-pierre et le vatican

Les portes de la basilique

Avant d’entrer dans l’église elle-même, tournons-nous un instant vers la porte par laquelle nous venons de pénétrer. Nous voyons face à nous le revers du mur de façade. Au dessus de la porte centrale se trouvent les restes d’une mosaïque provenant de l’ancienne basilique, la basilique constantinienne. C’est la mosaïque dite «de la Navicella». Nous y voyons Jésus marchant sur les eaux en direction de ses disciples, rassemblés dans un bateau. Fortement remaniée au cours des temps, son origine remonte à la fin du 13ème siècle, elle est sans doute conçue sur un dessin du célèbre Giotto. Elle fut replacée à cet endroit en 1675.

Tournons-nous maintenant vers les cinq portes d’accès à l’édifice. La porte centrale possède des battants en bronze datant du milieu du 15ème siècle, ils se trouvaient donc déjà dans l’ancienne basilique. Les deux portes entourant cette porte centrale ont des vantaux en bois. Ce bois provient d’une gigantesque poutre de la basilique constantinienne. On leur donne différents noms en fonction du thème des scènes qui y sont représentées. Celle tout à fait à gauche est dite « porte de la mort». C’est en effet par là que passent les cortèges d’enterrement des papes. La porte à côté est la « porte des sacrements », son décor se référant aux sept sacrements de l’Eglise. Quant à la dernière porte, tout à fait à droite, elle est murée. C’est la porte sainte, ouverte seulement à l’occasion des jubilés.
Mais qu’est-ce qu’un Jubilé ? Le mot « jubilé » vient de l’hébreux « Jobel. » Chez les juifs, chaque 50 ans, a lieu une année sainte, une année de grand pardon, où sont remises toutes les dettes. Cette fête est annoncée par le son de trompettes en cornes de bouc et « Jobel » en hébreux signifie « bouc». Cette tradition fut reprise officiellement par l’Eglise. Le premier très grand Jubilé eut lieu en 1300, drainant à Rome un nombre incroyable de fidèles. L’idée défendue était qu’à la fin de chaque siècle, Dieu, par l’intermédiaire de son vicaire, le pape, pardonnait toutes les fautes. Les jubilés furent d’abord déclarés tous les 100 ans, puis tous les 50, puis, actuellement, tous les 25 ans. Les plus récents sont ceux de 1950, 1975 et 2000. Au cours des Jubilés, il est suggéré aux fidèles de visiter sept grandes basiliques romaines, dont Saint-Pierre.
L’idée, dirions-nous, de la « Porte Sainte » est due au pape Alexandre 7 qui régna au milieu du 17ème siècle. Cette porte, fermée toute l’année, est alors ouverte lors des jubilés. Tous ceux qui la passent au cours de l’année Sainte reçoivent, dit-on, l’Indulgence plénière, c’est-à-dire la rémission totale de tous leurs péchés. Au terme de l’année, cette porte est murée jusqu’au jubilé suivant. Chaque grande basilique romaine possède une Porte Sainte.


<< 10 - L’entrée de l’église...         12 - L’intérieur de la ba... >>

Sommaire complet du dossier :