Les œuvres du célèbre Bernin

La basilique saint-pierre et le vatican

Les œuvres du célèbre Bernin

La plus importante partie du décor de la basilique est due au célèbre Bernin, sous le pontificat du Pape Urbain 8 Barberini. C’est ce pape qui lui commanda ses œuvres les plus gigantesques. Nous aurons l’occasion de voir, à de nombreux endroits dans la basilique, comme d’ailleurs partout dans Rome, le blason de ce pape et de sa famille, constitué de trois abeilles.

Le Bernin recouvrit l’autel papal de son gigantesque dais de bronze, ou baldaquin. Ces travaux débutèrent en 1633, alors que l’artiste n’avait pas 26 ans. Il conçut de très audacieuses colonnes torses, c’est-à-dire non rectilignes, mais montant en se tordant, un peu comme la tige d’une plante grimpante. Ce genre de colonne est très caractéristique de l’art baroque, qui privilégie toujours mouvement et déséquilibre. Un architecte de la renaissance aurait lui, conçu des colonnes droites pour accentuer l’effet de symétrie et de solidité. Le bronze nécessaire à cette construction fut pris aux portes d’un monument antique, le Panthéon, qui se trouve toujours dans le quartier du Champ de Mars. Ces portes de bronze, qui remontaient au 3ème siècle, furent donc fondues pour en faire ce nouveau monument. Le peuple romain profondément choqué, en tira une petite sentence qui courut alors à Rome sur la famille Barbarini, celle du pape: « Quod non fecerunt barbari, fecerunt Barbarini », « ce que les barbares n’ont pas fait, les Barbarini l’ont fait».

Mais revenons au Bernin : il creusa les murs d’angle de la croisée centrale de quatre grandes niches, afin d’y loger quatre grandes statues de marbre. Nous vous invitons à en faire le tour.
Chacune de ces statues représente un saint ou une sainte en référence aux reliques conservées derrière le balcon qui les surmonte. Toutes ces reliques ont à voir avec la Passion et la Crucifixion. Les statues représentent sainte Hélène, tenant une grande croix, saint André, avec sa croix en forme de « X », sainte Véronique, avec son voile marqué par le visage du Christ, et saint Longin, tenant la lance qui servi à percer le flanc du Christ sur la croix. Longin, rappelons-le, est le légionnaire qui aurait percé de sa lance le côté du Christ alors sur la croix, pour s’assurer de sa mort. Il se convertira et subira à son tour le martyr. Sa statue, sculptée par Le Bernin lui-même, marque la présence d’un reliquaire contenant la lance sacrée. Cette lance fut donnée au pape par le Sultan Ottoman Bajazet 2. Le reliquaire se trouve derrière le balcon qui surmonte la statue.
C’est aux pieds de la statue de saint Longin que vous trouverez l’escalier descendant aux grottes mentionnées tout à l’heure.


<< 12 - L’intérieur de la ba...         14 - La cathedra petri : ... >>

Sommaire complet du dossier :