Le chœur de la basilique

La basilique st-denis

Le chœur de la basilique

Ressortons maintenant de la salle de la maquette, puis juste après la porte vitrée, tournons à droite pour monter les marches et pénétrons dans l’église par la porte du portail.

Nous voici arrivés dans la basilique. Tout de suite, à notre droite, nous voyons un escalier. Montons-le pour nous retrouver dans le chœur de la basilique.

Vous y êtes ? Très bien, alors commençons par regarder l’architecture de ce chœur.
Levez la tête pour voir les voûtes qui sont justes au-dessus de vous. Cette partie du monument, le chœur, a été élevée sur commande de l’abbé Suger et fut consacrée en présence du roi Louis 7 et des plus grands personnages du royaume en 1144. Tous furent frappés par la beauté et la nouveauté de cette architecture en rupture brutale avec l’art roman. Le succès fut foudroyant. Les historiens de l’art, de nos jours, considèrent qu’il s’agit de la 1re architecture gothique.
Alors : qu’est ce que cette architecture avait-elle de si nouveau et pourquoi l'a-t-on trouvée révolutionnaire ?  

Et déjà, ayons en tête que les gens étaient alors habitués à l’architecture romane, c'est-à-dire aux lourdes voûtes, aux supports très massifs, aux fenêtres étroites laissant passer une faible lumière.
Ici, apparaît la voûte sur croisées d’ogives, qui, pour la 1re fois, est parfaitement maîtrisée. Levons les yeux et regardons la voûte de pierre au-dessus de nous. C’est une voûte qui est supportée par 2 arcs de pierre qui sont en croix.
L’intérêt est que, avec un tel système, le poids de la voûte est canalisé pour retomber uniquement aux bases des 4 bras de la croix formée par ces arcs. Ces arcs sont aussi appelés « ogives ». Et c’est ce qui fait que cette technique de l’architecture gothique sera dite «voûte sur croisée d’ogives». D'ailleurs, le mot ogive vient du latin « augere », qui veut dire augmenter. Augmenter quoi ? Et bien la résistance.
Ces voûtes permettent 3 innovations.
1ère innovation : elles permettent d’alléger les supports, les piliers.
2e innovation : elles permettent d’ouvrir de grandes fenêtres. En effet, entre les supports, le mur ne soutient plus grand-chose, et du coup l’architecte peut l’évider et le remplir par d’immenses baies. Et ce chœur était où nous sommes était si lumineux qu’il fut surnommé Lucerna (la lanterne) par ses contemporains.
3e innovation : ces voûtes sur croisées d’ogives étaient plus légères, ce qui permettait dès lors de les monter plus haut, à une hauteur révolutionnaire, augmentant ainsi la hauteur de l’église.
Ce chœur est une oeuvre majeure, et joua un rôle de 1er plan dans l’histoire de l’architecture : il constitue un véritable manifeste du nouvel art gothique.
D’ailleurs, on date généralement le début de l’architecture gothique de la consécration de ce chœur en 1144. Et c’est ainsi qu’on considère que l’Abbé Suger a créé l’art gothique.
Deux mots sur le gothique : L’architecture gothique existe du milieu du 12e siècle, époque de la consécration de ce chœur, à la fin du 15e siècle et passe par différents stades : gothique primitif, classique, rayonnant et flamboyant.
Le gothique primitif constitue la transition entre le style roman c'est-à-dire le style précédent et le style gothique. L’église la plus connue du style gothique primitif est Notre-Dame de Paris.
Les styles suivants constituent chacun une étape vers la pleine maîtrise des caractères principaux du style gothique, tels qu’ils apparaissent dans le chœur de St Denis et que nous venons de décrire : hauteur des voûtes, minceur des piliers et ouverture des murs à la lumière. Les voûtes deviennent de plus en plus hautes, les piliers de plus en plus minces et les fenêtres de plus en plus larges.


<< 4 - Maquette du monastèr...         6 - L’Architecture de la... >>

Sommaire complet du dossier :