Les gisants des enfants de St Louis et de la reine Frédégonde

La basilique st-denis

Les gisants des enfants de St Louis et de la reine Frédégonde

Continuons de tourner autour du chœur dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Quelques pas plus loin, sur votre gauche, vous trouvez un tombeau en orfèvrerie portant les gisants de deux enfants.

Il s’agit des gisants de Blanche et de Jean de France, enfants du roi st Louis au 13e siècle. Blanche tient dans sa main ce qu’on a pu identifier comme une balle de jeu. Jean porte un sceptre, un attribut habituellement interdit à un enfant cadet de France. La présence de ce sceptre montre que st Louis était très attaché à ses enfants. Et ce sentiment est tout à fait nouveau à une période où la mortalité infantile était très élevée.
Continuons de tourner autour du chœur : quelques pas plus loin, nous trouvons un gisant plat : celui de la reine Frédégonde.

Elle fut la 3e épouse de Chilpéric 1er- un roi mérovingien- et vécut au 6e s. Son gisant date de 1163 soit 1 siècle avant la commande de st Louis et compte parmi les plus anciens gisants conservés en France du Nord. On garde d’elle le souvenir d’une reine sanglante. De condition obscure, elle était une des servantes de la femme de Chilpéric, un petit fils de Clovis, et roi de Neustrie, c’est à dire roi d’une zone couvrant Paris et Soissons. Belle, ambitieuse, elle charma le roi et devint reine suite à de nombreux crimes.
Regardons son tombeau maintenant : sa technique de réalisation est originale : il s’agit d’une dalle de calcaire évidée et sertie de divers fragments de pierres de couleurs et de filets de cuivre. A l’origine, la figure, les pieds et les mains étaient peints.


<< 12 - Les vitraux...         14 - Le monument de Henri... >>

Sommaire complet du dossier :