La Piazza Aracoeli

La colline du capitole

La Piazza Aracoeli

Partons maintenant vers la droite, en restant sur le même trottoir, en direction de la Piazza d’Aracoeli, qui se trouve une centaine de mètres plus loin. Après avoir contourné la « machine à écrire », nous voyons à notre gauche deux grands escaliers qui montent vers la très célèbre colline du Capitole. Rejoignons-les.

Aux pieds de ces escaliers, nous remarquons des restes de murs de briques. Ce sont les reliques de la seule insula encore existante à Rome. A l’époque impériale, la plupart des habitants de Rome s’entassaient dans ces immeubles plus ou moins insalubres. « Insula » signifie « île. » Ces immeubles sont en effet, des îlots d’appartements entassés. En rez-de-chaussée se trouvaient généralement des boutiques. Les deux premiers étages, les plus luxueux, étaient réalisés en maçonnerie. Puis s’élevait une série d’étages en bois, comprenant de nombreux appartements de trois à cinq pièces, souvent minuscules. Ici vivaient dans un confort précaire des familles parfois nombreuses. On pense que l’insula dont vous voyez les traces, comportait six étages. Pour cet habitat sans commodités, saturé des odeurs et des bruits des voisins et de la rue, les loyers étaient élevés. Car les places sont chères, dans une ville où la population s’élève alors, à la fin du premier siècle avant notre ère, à plus d’un demi million d’habitants, et à plus d’un million d’habitants, 200 ans plus tard. Il arrivait souvent que ces édifices instables s’écroulent. Ainsi, à Rome, seules les très riches familles patriciennes vivaient dans des maisons individuelles, les domus, grandes habitations privées avec cour intérieure et jardin. A la fin de l’empire, au 4ème siècle, on compte à Rome 4500 insulae pour seulement 1800 domus.


<< 3 - La place de Venise ...         5 - La place du Capitole... >>

Sommaire complet du dossier :