L’église Santa Maria in Aracoeli

La colline du capitole

L’église Santa Maria in Aracoeli

Revenons maintenant sur nos pas pour nous arrêter devant la statue de la déesse Rome, au pied du palais des sénateurs.

La statue de la déesse Rome est à notre droite. A notre gauche s’étend la place, et face à nous, se trouve un escalier. Le bâtiment au sommet est l’arrière de l’église Santa Maria in Aracoeli. L’église que nous voyons aujourd’hui remonte au 13ème siècle. Mais il s’agit cependant d’un lieu de culte fort ancien. A l’origine en effet, se trouvait sur son emplacement l’ « Arx », la citadelle primitive, ainsi qu’un temple dédié à Junon : le temple de Juno Moneta. « Moneta » signifie « qui donne l’alerte », appellation due à la proximité de la citadelle. Mais « moneta » est aussi à l’origine de notre mot « monnaie ». En effet, à l’époque impériale, se dressait à proximité immédiate le bâtiment où l’on fabriquait les pièces de monnaie. Par glissement, le mot « moneta » finit par désigner les pièces elles-mêmes.
Mais revenons à l’église. La tradition veut qu’à cet endroit la sibylle, ou prophétesse, ait prédit la naissance du Christ à l’empereur Auguste. Mais il y a une autre version : l’empereur y aurait eu une apparition de la Vierge à l’Enfant, et aurait alors fait ériger un autel en leur honneur. Ces légendes expliquent l’importance que les chrétiens accordaient à ce sanctuaire.
Revenons au bâtiment lui même : la façade médiévale était à l’origine entièrement recouverte de mosaïques, disparues aujourd’hui. Autre disparition : le couvent des franciscains qui y était accolé, de l’autre côté. Il fut détruit pour laisser place au gigantesque et parfois contesté monument à Vittorio Emmanuele.


<< 8 - La petite Via del Ca...         10 - L’intérieur de l’égl... >>

Sommaire complet du dossier :