Le palais d’Egmont et la rue aux Laines

La colline du cowdenbergh : du palais de justice au parc royal

Le palais d’Egmont et la rue aux Laines

Nous voici au sommet des rampes. Une petite grille ouverte nous permet de passer dans la rue. Face à nous se trouvent les grilles de la cour d’un grand palais: c’est le palais d’Egmont. Traversons la rue pour l’observer à travers les grilles.

Le palais que nous voyons ici fut reconstruit essentiellement au 18e siècle et même certaines parties au début du 20e siècle. Il abrite aujourd’hui le Ministère des Affaires étrangères, et est donc généralement fermé au public.

Ce n’est donc plus l’hôtel occupé par Lamoral d’Egmont au 16e siècle, dont nous venons de parler. Son hôtel fut rasé après sa disgrâce, et tous ses biens confisqués. Sa veuve et ses 13 enfants ne retrouveront leurs biens qu’en 1576, après ce que l’on appelle la « Pacification de Gand », qui met fin à la guerre et aux répressions. L’hôtel est alors reconstruit, mais les Egmont n’y habitent plus, préférant vivre à Paris et dans le Nord de la France. Ils louent donc leur hôtel, et de nombreuses personnes s’y succèdent. Il sera pour finir vendu à la famille d’Aremberg, au 18e siècle. On dit que lors de son passage à Bruxelles en 1763, le petit Mozart y aurait séjourné avec sa sœur et son père.
Lorsque nous faisons face à l’hôtel d’Egmont, une longue rue droite part à notre droite. C’est la Wolle straat, la rue aux Laines. C’était sous l’ancien Régime, une des rues les plus huppées de la ville. Mais il n’y reste pratiquement aucun hôtel particulier ancien. Par contre, elle restera un lieu très aristocratique jusqu’à nos jours, et de très grandes et belles maisons du 19e siècle s’y élèvent encore.


<< 11 - Les statues des gran...         13 - L’intérieur de l’égl... >>

Sommaire complet du dossier :