La fontaine de l’Acqua Felice

La colline du quirinal

La fontaine de l’Acqua Felice

Nous voici à nouveau sur le trottoir, Via Vittorio Veneto. Nous allons maintenant nous diriger vers une des plus célèbres œuvres du Bernin, dans l’église Santa Maria della Vittoria : la statue de sainte Thérèse en extase. Pour cela, nous allons redescendre la Via Vittorio Veneto vers la Piazza Barberini. C’est-à-dire que nous partons vers la gauche lorsque nous tournons le dos à la porte de l’église. Allons jusqu’à l’entrée de la place Barberini.

Nous sommes maintenant au coin de la Piazza Barberini et de la via San Basilio. Traversons alors la Piazza Barberini en largeur, donc en continuant tout droit, et en restant bien dans le haut de la place. De l’autre côté de la place, nous trouverons alors à notre gauche une large rue qui monte : c’est la Via Barberini.
Nous sommes dans la Via Barberini. Nous marchons environ 400 mètres en montant. Vers la fin du trajet, la Via Barberini débouche sur une place, le Largo Santa Susanna.

Nous nous engageons sur la Largo Santa Susanna, en montant vers la droite. Après 100 mètres environ, nous arrivons au croisement avec une rue perpendiculaire : la Via Venti Settembre, ou Rue du 20 septembre. De l’autre côté de la rue, sur notre gauche, se trouve une très grande fontaine. C’est la fontaine de l’Acqua Felice. Traversons pour la voir de plus près.

Cette fontaine est encore un bel exemple de la manière de joindre besoins pratiques et propagande. Et c’est encore un pape, Sixte Quint, grand pape urbaniste de la fin du 16ème siècle, qui en confia la réalisation à son architecte, Domenico Fontana.

La création de cette fontaine est l’aboutissement d’un vieux projet, celui de faire restaurer l’ancien aqueduc antique de l’empereur Claude, qui pourrait ainsi à nouveau amener à Rome de l’eau venue des Monts Albains dans les zones les plus hautes de la ville. Sous Sixte Quint, la fontaine de l’Acqua Felice était la première fontaine rencontrée par les 20 000 m³ d’eau qui entraient quotidiennement dans la ville. L’eau était ensuite dirigée vers d’autres fontaines du Quirinal, et même du Capitole. Cet aqueduc restauré et la première fontaine recevant ses eaux furent dénommés « felice », c’est à dire Félix en français. Et il se trouve que c’était le prénom, « laïc » dirons nous, de Sixte Quint avant qu’il ne devienne pape.

La fontaine est décorée de trois grandes niches séparées par des colonnes, et présente une décoration dont le thème est tiré de la Bible. Quand on voit le thème choisit et donc le message que l’on devine être celui de Sixte Quint, on se dit que l’orgueil ne devait pas être un si gros pêché que cela à l’époque. En effet, dans la niche centrale se dresse une statue du prophète Moïse et les reliefs contenus dans les deux niches latérales évoquent les Hébreux dans le désert. Le thème développé ici est donc celui de Moïse, qui guide, nourrit et abreuve les juifs lors de leur traversée du désert. Et bien sûr, l’idée est de faire un lien entre l’action du pape et celle de Moïse dans le désert. Cela nous paraîtrait sans doute un peu « audacieux » aujourd’hui.


<< 8 - La Crypte mortuaire ...         10 - L’église Santa Maria... >>

Sommaire complet du dossier :