L’église Santa Maria della Vittoria

La colline du quirinal

L’église Santa Maria della Vittoria

Tournons-nous maintenant pour faire face au Largo Santa Susanna, par lequel nous sommes arrivés ici. De part et d’autre du largo Santa Susanna se dressent deux églises. A gauche, c’est l’église Santa Susanna. A droite, c’est l’église Santa Maria della Vittoria, ou Sainte-Marie de la Victoire.

La façade de Santa Maria della Vittoria est semblable à celle de Sainte-Suzanne. Les deux édifices furent conçus par un important architecte romain du début du 17ème siècle : Carlo Maderno. Maderno réalisa bon nombre d’édifices dans la ville, et fut le maître en architecture du célèbre Bernin. Les façades des deux églises font écho l’une à l’autre. La plus ancienne est cependant Sainte Suzanne, à gauche. Dans cette façade, Maderno introduit un élément nouveau à l’époque, et qui sera repris très souvent par les architectes baroques qui suivront : et c’est le portail qui est mis en relief grâce à une série de colonnes très rapprochées. Mais à côté de cela, le reste du mur est cependant encore rectiligne. Nous verrons tout à l’heure qu’avec les tous grands architectes baroques, c’est-à-dire avec la génération qui suivra Maderno, le mur commencera lui aussi à prendre du relief, en se tordant dans tous les sens. Mais pour l’instant, rejoignons Sainte-Marie de la Victoire, l’église de droite donc, et entrons- y.

Nous sommes dans la nef de cette petite église. Elle fut construite entre 1608 et 1620, pour le couvent des carmélites déchaussées. Nous donnerons une explication sur cet ordre un peu plus tard. Le nom de Santa Maria della Vittoria, de la Victoire, fut donné après la victoire de l’empereur d’Autriche Ferdinand 2 sur les princes protestants, en 1620 à Prague. Lors de la bataille, on dit qu’un moine carmélite brandit une image de la Vierge, galvanisant ainsi le courage des soldats catholiques, qui commençait à faiblir. L’image fut ramenée à Rome, et déposée triomphalement dans cette église des carmélites. Depuis lors, de nombreux souverains ont pris l’habitude d’offrir à l’église des drapeaux pris à des ennemis de la foi catholique.


<< 9 - La fontaine de l’Acq...         11 - Sainte Thérèse d’Avi... >>

Sommaire complet du dossier :