Église de la madeleine

La grande-place et ses alentours

Église de la madeleine

Nous vous invitons maintenant à rebrousser chemin dans ces galeries, en imaginant l’atmosphère fastueuse de cette grande époque. Nous vous laissons à vos rêveries jusqu’à ce que vous soyez revenus à l’entrée côté rue Marché aux herbes. Là, nous vous attendons pour la dernière étape de notre périple.

Nous voilà à la sortie de la galerie. Nous allons alors prendre vers la gauche et remonter la place d’Espagne, en restant bien sur le trottoir de droite. Un point de repère peu culturel, mais certes très pratique est le fast food « Quick ». C’est sur le trottoir du Quick que vous devez rester. Là, vous remonterez jusqu’à l’entrée de la petite église de brique qui se trouve une bonne centaine de mètres plus hauts : la petite église de la Madeleine. Nous vous attendons devant sa porte.

Nous y voilà. Nous avons constaté en montant que cette petite église est bien isolée aujourd’hui, au milieu de sa place. Elle est en fait un des rares bâtiments rescapés de quartier, détruit au début du 20e siècle à l’occasion des travaux de jonction du chemin de fer. En effet, le train, qui relie aujourd’hui la gare du Nord et la Gare du Midi, passe juste sous nos pieds. L’église de la Madeleine a échappé de justesse au désastre. Avant d’entrer, observez le beau montant en bois sculpté, au centre du portail. Il date du 17e siècle. On y voit sainte Marie-Madeleine, au pied de la croix du Christ. Et maintenant entrons et allons nous asseoir dans la nef.

Nous voici dans un bel endroit calme et retiré du monde. C’est un lieu apprécié des Bruxellois. Dans son état actuel, la construction remonte au 15e siècle. C’est du gothique tout simple. Ce qui est assez beau, et assez caractéristique du gothique de ces régions, ce sont les fenêtres en haut des murs latéraux : elles ont une forme de triangle à côté courbe.

Face à nous, le chœur, avec ses cinq fenêtres élancées, est aussi d’une très grande pureté. Observons que si le chœur est voûté, la nef est recouverte d’un plafond de bois plat. C’est assez rare à Bruxelles.

Promenons-nous un instant dans le calme de ce lieu, avant de retrouver l’ambiance grisante de la grande ville. Près du chœur, sur la gauche, vous verrez une petite chapelle, assez fréquentée, consacrée à sainte Rita. Cette chapelle n’a rien de bien intéressant à l’intérieur. Mais lorsque vous sortirez de l’église et redescendrez vers la ville et la Grande-Place, vous pourrez vous retourner un moment pour l’observer de l’extérieur. Elle forme une façade à part entière. En fait, cette partie n’appartient pas à l’église originelle. C’est une ancienne chapelle, la chapelle Sainte-Anne, qui se trouvait dans une rue du quartier. Plutôt que d’être détruite au moment des travaux du chemin de fer, elle a été déplacée et adjointe à l’église de la Madeleine, dont elle forme aujourd’hui une chapelle latérale. Et c’est dans l’atmosphère paisible de ce lieu que s’achève notre promenade.


<< 12 - Les galeries royales...         

Sommaire complet du dossier :