Le soufisme

La medina de tripoli

Le soufisme

Parlons, à présent du soufisme. C’est le mouvement mystique de l’islam. Son étymologie renvoie à plusieurs mots :
IL y a le mot « al Soufiya ». C’est l’homme qui a réalisé pleinement sa spiritualité  et qu’on pourrait appeler saint. Et il renvoie aussi au mot « al Sûf », la laine, matière dans laquelle étaient fabriquées les bures des 1ers adeptes de cette secte. Et c’était bien sûr un signe de modestie.
Ce mouvement, né en Syrie et en Egypte, est apparu très tôt dans l’islam, probablement au contact des anachorètes chrétiens qui vivaient dans le désert arabique d’Egypte. D’ailleurs, certains éléments de vie des soufis imitent les moines chrétiens. Comme ces derniers, les soufis prônaient un détachement des biens du monde et une totale soumission à dieu. Comme ces chrétiens, leur combat était dirigé contre les passions humaines tout en cherchant à atteindre le contact avec dieu par l’extase. Dans l’islam ancien, les soufis devenaient des modèles respectés, parfois même assimilés à des saints. Ils pratiquaient l’ascèse : on raconte que l’un d’eux se nourrissait d’une datte tous les 40 jours !!! Puis vint une période où les soufis se groupèrent en tariqa, c'est-à-dire en confréries, sous la direction d’un cheikh, qui est un maître spirituel.
Ce courant ésotérique professe une doctrine affirmant que toute réalité comporte :
un aspect extérieur apparent
un aspect intérieur caché.
Il se caractérise par une forme de renoncement aux biens matériels. Pour rechercher l’extase, les adeptes essayent d’annihiler leur égo pour parvenir à la conscience de la présence de l’action de dieu en eux. La démarche du cheikh est essentielle : elle est celle d’un maître spirituel, d’un directeur de conscience. Son action couvre de nombreux domaines. Dans la tariqa, le cheikh donne un enseignement accessible à tous, pour lequel il n’y a ni condition d’âge, de niveau social, de capacité intellectuelle. Ce qui compte, c’est la sincérité de la demande intérieure. Le cheikh, auréolé de sa sagesse, se présente comme un support de médiation. Il règle des contentieux de diverses origines entre les membres de la communauté.


<< 15 - Les écoles juridique...         17 - Histoire al naga... >>

Sommaire complet du dossier :