La mosquée caramanli

La medina de tripoli

La mosquée caramanli

En ressortant du foundouq, continuez tout droit dans la rue Suk El attaro et allez jusqu’au bout. Et là vous prendrez à gauche dans la rue Arba Arsat à nouveau. En avançant, vous longerez la mosquée Caramanli qui sera sur votre gauche. Entrez dans la cour qui se trouve juste à l’entrée.

Nous voici dans la cour de la mosquée Caramanli, mosquée construite par une famille qui fut très puissante en Libye. Devant vous, vous voyez un des 3 portiques de la mosquée. Et regardez à gauche, vous voyez l’enclos funéraire de la dynastie des caramanli et de quelques proches. D’ici, vous pouvez même voir des tombes, dont les stèles sont coiffées de la caractéristique turban des dignitaires de l’époque ottomane. La dynastie des caramanli a régné durant 120 ans, entre 1711 et 1835. Et c’est pour nous l’occasion de parler des Caramenli ainsi que de leur mosquée, une des plus belles de la ville.

Elle a été fondée par un officier de l’Empire ottoman descendant d’un corsaire turc établi à tripoli. Au début du 18e siècle, le pouvoir de l’Empire Ottoman, affaibli, doit faire face à des soulèvements populaires dans l’intérieur du pays. Ahmed pacha caramanli est porté au pouvoir par la population et il se rend indépendant d’Istanbul, tout en reconnaissant la suzeraineté du sultan. Lui et ses successeurs concluent alors des accords avec les puissances européennes. Tripoli apparaît aux yeux de l’Europe comme une porte ouverte vers le continent africain. Puis la dynastie s’affaiblit au début du 19e, sa flotte est détruite, et –comme si cela ne suffisait pas- des querelles dynastiques éclatent. Les tribus de l’intérieur se révoltent. La France prend pied en Algérie et la Tunisie annexe la Tripolitaine. C’en est trop pour le sultan d’Istanbul. Il envoie ses troupes et redirige la région. Et en 1835, la dynastie des caramanli a fini d’exister face au rétablissement de l’autorité directe de la Sublime porte.


<< 19 - Le foundouq al Bacri...         21 - L’intérieur de la m... >>

Sommaire complet du dossier :