La Place du Palais

La place du palais et la 1ere partie de la perspective nevski: de l'amiraute au gostini dvor

La Place du Palais

Parlons maintenant de la place du Palais. Regardez vers la Neva : la place y est fermée par le Palais d'Hiver, un palais impérial intégré aujourd'hui dans le musée de l'Ermitage. A droite et à gauche, la place est fermée par deux palais maintenant annexes de l’Ermitage. De tous ces bâtiments, le plus ancien est le Palais d'Hiver alors qu’il correspond à la 4ème version de construction. Les deux 1ères versions ont été construites pour Pierre 1er, et la 3ème pour Anne, dite la Sanglante, qui a régné de 1730 à 1740. C'est Elisabeth, la fille de Pierre, qui fait ériger cette 4ème et dernière version du palais par son architecte préféré, Bartolomeo Rastrelli. Ce bâtiment est caractéristique du baroque dit élisabéthain. Le 1er baroque de st-pétersbourg n’était pas très exubérant. C’était un baroque très austère même. Puis les temps changent un peu et le baroque élisabéthain sera un peu plus enlevé : voyez cette mise en scène théâtrale qui veut magnifier le bâtiment : Observez le contraste des couleurs blanc sur vert, et puis aussi le nombre et la monumentalité des colonnes d'ordre colossal. On les appelle ainsi parce qu’elles s'élèvent sur deux niveaux. Et enfin et surtout, voyez la profusion des décors en stuc sur les façades et autour des fenêtres : c’est un signe de l’élisabéthain.

Revenons à la place : Alexandre 1er demande à Carlo Rossi, son architecte en titre, de réaménager la place telle que vous la voyez aujourd'hui. C’est une place élaborée dans un style sobre qui s'appuie sur le modèle de l'antiquité classique qu'Alexandre apprécie tant. Il réduit au maximum les décors en stuc, il limite l'utilisation des colonnes à des espaces privilégiés, il réduit les contrastes colorés au blanc sur jaune. Effectivement, cela ne jure pas trop avec le baroque du palais de Rastrelli qui lui fait face. Et maintenant, regardez le bâtiment qui fait face au palais d’hiver, aujourd’hui l’Ermitage. C’était le palais de l’Etat major de l’armée. Et au centre, vous voyez un énorme arc de triomphe. Cet arc est une commémoration de la victoire russe sur l'armée de Napoléon en 1812 bien sûr. Cet arc, situé dans l'axe de l'entrée du palais, se raccorde à la rue courbe qui vient de la Nevski Prospect. Mais vous verrez que les deux faces de l'arc ne sont pas parallèles. Pour l'instant, jugez vous-mêmes de l'effet produit par cette architecture fondée sur une illusion d'optique. Avant de passer sous l'arc, regardez les sculptures qui encadrent l'arc. Ce sont des compositions d'armures et, au-dessus, il y a des Victoires ailées portant la couronne de la victoire. Vous les voyez ? Et au-dessus encore, vous voyez cet ensemble sculpté qui surmonte l'arc ? Il s'agit d'une allégorie de la Victoire guidant un char tiré par six chevaux. Cette statue, de 10 m de haut et de 15 m de large, fut longtemps considérée comme la plus large d'Europe. Décidément, cette victoire sur Napoléon a eu bien des effets…


<< 5 - Historique de la Per...         7 - La Perspective Nevsk... >>

Sommaire complet du dossier :