Nicolas Vassiliévitch Gogol

La place du palais et la 1ere partie de la perspective nevski: de l'amiraute au gostini dvor

Nicolas Vassiliévitch Gogol

Revenons à notre Nevski Prospect. Laissez l'Eglise hollandaise à votre gauche et avancez au-delà de la rue transversale jusqu'au temple luthérien Saint-Pierre et Saint-Paul qui se trouve légèrement en retrait sur votre gauche. Vous remarquerez que, entre la rue transversale et le temple luthérien, vous passerez devant un immeuble, au n°22, où se trouvait autrefois la librairie Smirdine. Smirdine a été le 1er éditeur de Pouchkine et de Gogol. Gogol, un autre géant de la littérature russe.

Nicolas Vassiliévitch Gogol naît en 1809 : il est donc un peu plus jeune que Pouchkine, et meurt en 1852. Il appartient à la noblesse cosaque d'Ukraine. Il étudie jusqu'en 1828 puis se rend à Saint-Pétersbourg où il est extrêmement déçu par l'accueil de ses poèmes, dont on se moque. Vexé, il part à l'étranger, pour finalement revenir au bout de quelques jours. Il établit alors des contacts avec l'aristocratie littéraire et obtient un poste de professeur d'Histoire à l'école supérieure des Jeunes Filles de Smolny. Cette école a été créée par Catherine 2 comme une imitation de la fameuse Ecole de Saint-Cyr en France que Madame de Maintenon avait fondé pour l'éducation des jeunes filles noble, mais sans fortune. Gogol commence à être publié en 1831. En 1835 paraissent notamment les célèbres Taràs Boulba, Nevski Prospect et Mémoire d'un fou. Dans le même temps, il est promu professeur d'histoire à l'Université de Saint-Pétersbourg. Mais là, son ignorance manifeste de l'Histoire l’oblige à démissionner. Du coup, il quitte la ville. Il publie et fait jouer son Revizor, qui est une violente satire de la bureaucratie provinciale russe mise en scène avec l'appui du tsar. La pièce est un succès. Gogol quitte la Russie et établit sa résidence principale à Rome. Ses livres, comme Les Âmes Mortes (1ère partie), le Manteau (1841), continuent à susciter l'enthousiasme. Mais à partir de 1841, Gogol tombe en panne d'imagination, sombre dans la mélancolie et meurt en 1852. On retiendra que son style a ouvert la voie à une libération de l'imagination dans un monde littéraire encore très enfermé dans sa gangue d'inspiration classique. Et on illustrera ce style par un exemple tiré de sa nouvelle, Nevski Prospect, qui met en évidence sa vivacité d'écriture et l'intensité de sa vision. Voici un extrait :
Quelle rue admirable ! Le seul lieu de promenade de l'habitant de notre capitale si pauvre en distraction. Comme ses trottoirs sont bien tenus ! Et Dieu sait pourtant combien de pieds y laissent leurs traces ! La lourde botte du soldat en retraite, sous le poids de laquelle devrait se fendre, semble-t-il, le dur granit. Le soulier minuscule, aussi léger qu'une fumée, de la jeune dame qui penche la tête vers la brillante vitrine des magasins tel un tournesol vers l'astre du jour, et la botte éperonnée du sous-lieutenant riche en espérances et dont le sabre brillant raie les dalles.


<< 12 - L’Eglise Hollandaise...         14 - Le Temple luthérien... >>

Sommaire complet du dossier :