La place de Kazan

La place du palais et la 1ere partie de la perspective nevski: de l'amiraute au gostini dvor

La place de Kazan

Nous sommes toujours dans la Perspective Nevski, sur le trottoir des n° pairs, et dos à l'immeuble Singer. Vous allez à présent vous intéresser à l'immense ensemble qui se trouve de l'autre côté de la Perspective. C’est la place de Kazan derrière laquelle se trouve l'église Notre dame de Kazan.
Qu'est-ce qui vous frappe au 1er abord ? A quoi cette place vous fait-elle penser ? Regardez cette colonnade en demi-cercle qui encadre une porte monumentale derrière laquelle s'élève un dôme. Oui bien sûr : vous pensez à la place Saint-Pierre de Rome et vous avez raison. L’architecte Voronikhine, le fils naturel d’Alexandre Stroganov dont nous avons déjà parlé, s'est effectivement inspiré de cet ensemble pour réaliser cette œuvre. En réalité, c'est Paul 1er qui veut une église consacrée à la grande victoire de Kazan qui soit érigée sur le modèle de la basilique de Rome. Et peu de temps avant son décès en 1800, Paul confie ce projet à Voronikhine.

Cet architecte Voronikhine réalise ce projet entre 1801 à 1811dans le style classique admiré par Alexandre, le fils et successeur de Paul. Mais en fait, seuls le dôme et la colonnade corinthienne rappellent le modèle italien. Et encore !!. Vous devez aussi apercevoir à chacune des extrémités de la colonnade une statue. Vous pourriez penser que ces statues sont en rapport avec Ivan 4 et sa grande victoire sur les Mongols à Kazan puisque la place et l'église qui se trouvent derrière portent le nom de cette victoire russe dont nous avons déjà parlée. Eh bien non ! Ces statues se réfèrent effectivement à une grande victoire russe mais pas à celle-ci. Vous devinez donc l'alternative ? Vous avez raison, il s'agit encore d'une référence à la victoire russe sur la Grande Armée de Napoléon, représentée en particulier par deux officiers. Leurs noms nous sont bien connus grâce au roman Guerre et Paix de Tolstoi. Il s’agit du prince Michel Barclay du Tolly, que vous voyez à l'extrémité droite de la colonnade, et surtout du prince Michel Koutouzov, nommé commandant suprême des forces russes lors de l'arrivée des troupes françaises près de Moscou. Et on le voit lui à l'extrémité gauche. Ce Michel Koutouzov, alors âgé de 67 ans quand il est élevé au rang de field maréchal, décide de livrer bataille, non pas parce qu'il croyait à la victoire de son armée mais parce qu'il ne voulait pas voir tomber Moscou sans combat. Cette bataille a lieu près de Borodino, à 20 km de Moscou. Ce fut une bataille acharnée. En une journée, le 7 septembre 1812, les deux armées perdirent plusieurs dizaines de milliers d'hommes. Plus de 42 000 du côté français et 58 000 côtés russe, soit près de la moitié des effectifs. Koutouzov a préféré arrêter le combat, et le 14 septembre Napoléon entre dans Moscou. On connaît la suite. Ces statues furent érigées en 1837.


<< 16 - L’immeuble Singer...         18 - Griboïedov... >>

Sommaire complet du dossier :