L’atrium du palais impérial

La rome antique : la colline du palatin et le colisee

L’atrium du palais impérial

Voilà, nous avons parlé des débuts avec Octave devenant Auguste et découvert sa maison qui servait en même temps de premier palais de l’empereur. Nous allons maintenant découvrir les grands palais impériaux, postérieurs au règne d’Auguste. Pour cela, revenons sur nos pas, en reprenant dans l’autre sens le chemin qui longe la domus Flavia. En allant dans ce sens, la domus Flavia se trouve donc maintenant à notre droite. Après une dizaine de mètres, un chemin à droite passe à travers le mur en ruine de cette domus Flavia.

Lorsque nous entrons, il est assez aisé de comprendre le plan de ce premier palais. Nous sommes exactement à la jonction de deux parties. A notre droite, une grande cour carrée. En son centre on aperçoit encore la trace d’un bassin de forme octogonale. C’était la fontaine d’un grand atrium, un jardin central. Cet atrium était entouré de portiques à colonnes sur ses quatre faces, mais plus rien n’est visible de cet agencement. A notre gauche, on peut voir les restes des trois salles de façade. Tournons le dos à l’atrium, et regardons vers ces trois pièces de façade.

La pièce centrale était sans doute une grande salle d’audience de l’empereur. Le visiteur arrivait par la façade extérieure, l’empereur par l’atrium où nous nous tenons. A droite et à gauche de cette salle se trouvent les restes de deux pièces plus petites. Celle de droite avait une fonction incertaine. Mais en dessous de cette salle se trouve une maison républicaine aux très belles fresques représentant des griffons, animal mythique mi-lion mi-oiseau. C’est pourquoi, on l’appelle la « maison des griffons». La salle de gauche était peut-être un auditorium, servant aux consultations juridiques et administratives.

Tournons maintenant le dos à ces pièces de façade et faisons face à l’atrium et son bassin octogonal. Nous avons alors face à nous l’ensemble de ce premier palais, la Domus Flavia, qui s’étend tout en longueur. Sur notre gauche, au-delà du bâtiment moderne du musée, nous apercevons d’autres ruines. Ce sont celles de la domus Augustana, maison de l’auguste, c’est à dire de l’empereur. Alors, quelle différence y a t il entre ces deux palais ? Tout deux ont été édifiés par Domitien, à la fin du premier siècle de notre ère. Mais la Domus Flavia, où nous sommes en ce moment, était la partie publique du palais, liée à la fonction de souverain. L’autre partie, la Domus Augustana, était plutôt liée à la vie privée de la famille impériale. Prenons un instant pour comprendre l’organisation de cette construction et son origine.

Domitien est le premier empereur à construire un palais, au sens où nous l’entendons. Avant lui, nous avons vu qu’Auguste, le premier empereur, vivait dans une maison patricienne semblable aux autres grandes maisons romaines. Puis son successeur, Tibère, fait construire un premier soi-disant palais, la domus Tiberiana, aujourd’hui sous les jardins Farnèse. Cette domus tiberiana est très mal connue. Il est fort possible qu’elle n’ait pas été très différente de la maison d’Auguste. C'est-à-dire une simple villa patricienne, mais avec des dimensions plus prestigieuses. Les empereurs Caligula et Claude ont occupé la domus tiberiana, ainsi que d’autres maisons qu’ils ont fait aménager sur la colline. C’est dans ce palais aujourd’hui méconnu, sous les jardins Farnèse, que Caligula fut assassiné de 30 coups de poignards par des conspirateurs, pendant que Claude, son successeur pressenti, se cachait derrière un rideau, afin que les gens ne le trouvent pas et ne le proclament surtout pas empereur ! Notons que ce pauvre Claude fut quand-même trouvé, proclamé empereur, et finalement aussi assassiné.

Ainsi, le cadre d’habitation de ces premiers empereurs, ceux de la première dynastie, et le décor de leurs histoires quasi mythiques, sont bien loin des gigantesques palais de marbre tels que les présentent les péplum produits à Hollywood dans les années 50. Il y a une exception cependant avec Néron, qui fit réaliser quant a lui un incroyable et extravagant palais, la Domus aurea, dont nous reparlerons plus tard, et qui fut en grande partie détruit après son règne. Mais c’est à la deuxième dynastie d’empereurs, celle des Flaviens, qui succède à Néron, que revient l’honneur d’édifier ce qui sera le palais définitif.

Et le premier grand palais, est donc celui où nous nous trouvons. Il est le premier de ce type en Occident. Il est intéressant de comprendre son architecture car il va définir tous les types de grands palais impériaux et royaux à venir en occident, avec une partie publique et une partie privée. Son plan est inspiré de celui de la grande maison romaine, la domus, centré autour d’une cour-jardin intérieure.

L’idée de développer une maison en véritable palais vient sans doute d’Orient, et est calquée sur le modèle des prestigieux palais des souverains orientaux. Cela va d’ailleurs de pair avec la divinisation progressive des empereurs. L’empereur, au fil des siècles, sera de plus en plus perçu comme un dieu vivant, ce qui est aussi une conception du pouvoir typiquement orientale. En fait, on peut dire que le prestige des empereurs jouera sur une « orientalisation » de leur pouvoir. Mais tout cela sera graduel. Petit à petit, les gens, auparavant libre d’adorer qui ils voulaient devront ajouter le culte de l’Empereur à leur panthéon personnel. A la fin du premier siècle, la divinisation de l’empereur, n’est pas encore complète, quoique bien amorcée. Mais on le voit bien: l’Orient fascine déjà l’Occident, pour qui il est une véritable source d’inspiration.

Les deux parties du palais Domus Flavia et Domus Augustana ont été construites entre 81 et 96 de notre ère. Ce grand palais, novateur à l’époque, faisait certainement grande impression sur les visiteurs.
Il possédait trois parties. Nous avons déjà mentionné les deux premières : la domus Flavia, d’abord, demeure à caractère public où nous nous trouvons. A côté, à gauche quand nous regardons vers le bassin octogonal, il y a ensuite la domus augustana, demeure privée de l’empereur. Enfin, de l’autre côté de la domus augustana, il y a le fameux stade dit de Domitien. Nous le verrons plus tard.

Mais revenons à la domus Flavia. Nous avons vu les trois salles d’entrée et l’atrium central. Dans cette cour, l’empereur Domitien aimait à se promener. Les murs en étaient alors recouverts de plaques de marbre de Cappadoce, extrêmement brillant et qui faisait miroir. L’empereur pouvait ainsi toujours savoir ce qui se passait derrière lui. Domitien vivait dans la crainte perpétuelle d’être assassiné. Il faut dire que la fin tragique d’un grand nombre de ses prédécesseurs lui donnait des raisons de s’inquiéter. Et de fait, sa cour miroir n’empêchât rien et c’est sous les coups de couteau de conspirateurs qu’il tomba !


<< 5 - Le site archéologiqu...         7 - Le triclinium : la s... >>

Sommaire complet du dossier :