Le Musée consacré à la préhistoire du Palatin

La rome antique : la colline du palatin et le colisee

Le Musée consacré à la préhistoire du Palatin

Nous allons commencer par le sous-sol qui présente l’histoire ancienne du Palatin, depuis ses tout débuts. Pour cela, entrons par la porte qui se trouve au centre de la façade, au niveau de la cour. Un petit escalier nous fait descendre dans un hall qui s’étend en largeur. Face à nous, à gauche, le mur présente un plan général des fouilles du Palatin.


Sur ce plan, on distingue très bien les trois parties juxtaposées du palais flavien. De droite à gauche, nous voyons : la domus Flavia, la domus augustana, et le stade de Domitien. On perçoit clairement ici comment ces trois parties s’étendent parallèlement l’une à l’autre, et nous comprenons mieux ainsi le trajet que nous avons suivi.
Dans ce même hall, mais à l’autre extrémité, se trouvent des restes de fondations anciennes.

Nous voyons un mur de fondations de forme courbe. Il s’agit du deuxième nymphée du triclinium (pour rappel : la salle des banquets) de la domus Flavia. Rappelez-vous, nous avons déjà vu le premier à l’extérieur.

Autour de cette fondation se trouvent quelques vitrines murales, ainsi que posé au sol, un gros bloc de marbre blanc portant des inscriptions. Ces objets proviennent des nombreux édifices sacrés antérieurs à la période impériale. Le grand bloc de marbre, par exemple, est en fait un très curieux autel, consacré à un dieu inconnu. « Consacré à un dieu et à une déesse », précise l’inscription. De quelles mystérieuses divinités s’agit-il ? Certains chercheurs pensent qu’il est peut-être dédié au dieu Aius Locutus. La légende veut que, en 390 avant Jésus Christ, alors que des Gaulois s’apprêtaient à attaquer Rome, un dieu mystérieux nommé Aius Locutus annonça aux romains le danger imminent. Grâce à son intervention, ainsi qu’aux cris des fameuses oies du Capitole, les romains purent repousser l’ennemi.

Si nous tournons le dos aux fondations du nymphée, nous avons dès lors l’ensemble du couloir à notre droite, et face à nous une vitrine murale. Elle contient quelques restes de visages et décors en terre cuite peinte, et notamment quelques très beaux restes de visages féminins. Il s’agit de têtes de Junon Sospita, dont l’un des attributs est le casque bleu à cornes et aux oreilles de chèvre. Ces figures datent du 5ème siècle avant Jésus Christ. Elles ont été retrouvées dans les environs du temple de la Magana Mater ou temple de Cybèle, que nous avons vue au début de la visite, recouvert d’un bouquet de chênes verts. Ces figures sont des décors en terre cuite qui étaient vissés dans l’architecture pour décorer la base des toitures du temple.
Rendons-nous maintenant dans la pièce n°2 consacrée à la préhistoire.

Cette salle évoque le Palatin de Romulus, c’est-à-dire entre le 10ème et le 7ème siècle avant Jésus Christ. Juste à droite de l’entrée, une vitrine contient la maquette d’un village de berger du Palatin, tel qu’il était disposé sur le Germalus. Pour rappel, le Germalus est sans doute le sommet le plus anciennement occupé du Palatin. Nous y voyons des cabanes de forme ovale, faites de poteaux de bois et de terre, avec un portique d’entrée. Le toit est en chaume, et une ouverture y est ménagée pour la sortie des fumées du foyer. Voilà la Rome de Romulus ! ! Notons bien la forme arrondie de ces cabanes. Il est intéressant de noter que c’est peut-être le souvenir de ces cabanes qui a donné sa forme au petit temple de Vesta, l’un des plus importants du forum, à l’époque de la République et de l’empire. Ce temple était circulaire, avec en son centre un foyer, continuellement entretenu par les vestales, vierges consacrées à la déesse Vesta, déesse du foyer. Comment connaît-on l’aspect de ces premières cabanes ? Il y a d’abord les traces retrouvées lors des fouilles archéologiques. Mais il y a aussi des objets intéressants qui nous laissent imaginer l’aspect de ces constructions : les urnes cinéraires. Les urnes cinéraires sont des poteries à couvercle, qui servent à recueillir les cendres des défunts incinérés. Nous pouvons en voir dans la vitrine située tout au fond de la salle. Allons la voir.

Dans cette vitrine se trouvent des objets provenant d’une tombe à incinération, c’est-à-dire qui ne contenait pas un corps entier, mais seulement des cendres. Cette tombe date sans doute du 9ème siècle avant Jésus Christ. Car les premières populations de Rome pratiquaient l’incinération des morts. Cette pratique perdurera d’ailleurs, bien que sans exclusivité, jusqu’à la fin de l’empire. Tous les objets présentés ici se trouvaient dans un puits funéraire, près du Germalus. Mais des tombes semblables ont aussi été trouvées sur le forum. La vallée sous le Palatin était donc aussi utilisée à cette époque, bien que régulièrement inondée, en raison de son sol marécageux. Observons l’urne cinéraire, destinée à contenir les cendres du défunt, au milieu de la vitrine. L’urne elle-même a une forme de globe, mais son couvercle a la forme d’un toit à double pente, vraisemblablement inspiré par celui des cabanes. Et regardez bien : on aperçoit une évocation des poutres de bois qui lui servaient de structure. Nous allons maintenant monter au premier étage par l’escalier extérieur.

Rendons nous directement dans la salle 5 consacrée au Palatin à l’époque d’Auguste.


<< 9 - Le stade de Domitien...         11 - La salle consacrée a... >>

Sommaire complet du dossier :