L’université de Salzbourg

La salzbourg de mozart : la getreidegasse et la ville bourgeoise de salzbourg

L’université de Salzbourg

Découvrons maintenant le long bâtiment qui fait face aux salles de spectacle sur le trottoir opposé toujours dans la Hofstallgasse. C’est une bâtisse très monotone, parallèle aux anciennes écuries et semblables à ces dernières : même rez-de-chaussée gris percé régulièrement de grandes portes et 2 étages de fenêtres rectangulaires se détachant sur un fond recouvert de crépis clair. Nous sommes devant l’université de Salzbourg, construite entre 1630 et 1655. En 1800, Napoléon Ier la supprime pour faire plaisir à son allié, le roi de Bavière qui estimait qu’elle faisait ombrage à l’université de Munich. Et ce n’est qu’en 1962 qu’elle fut réouverte. Les bâtiments du 17e siècle qui s’étendent devant nous couvrent un immense terrain. Rendons-nous devant la porte située au numéro 2.

Si la porte, devant laquelle nous nous tenons, est ouverte, ce qui est hélas rarement le cas, n’hésitez pas à entrer pour admirer la grande cour centrale de l’université avec sa régularité sévère propre à un ensemble éducatif du 17e siècle. On peut ainsi se rendre compte du gigantisme des projets de l’époque baroque. Nous vous proposons à présent de découvrir l’église dite du collège, l’un des plus beaux bâtiments sacrés de la ville. Pour ce faire allons au bout de la rue Hofstallgasse en laissant l’université à gauche et les théâtres à droite. Nous débouchons alors sur une place vide servant de parking. Nous vous y attendons.

Vous êtes sur la place ? Bien alors immédiatement sur la gauche de cet espace, vous devez voir le dos d’une immense église blanche avec une vaste fenêtre ronde au sommet. Devant l’église, il y a un bâtiment beige qui porte l’inscription « Festspiel pavillon ». Allons à sa hauteur.

Tournons un instant le dos au pavillon et à l’église pour admirer le panorama. Nous avons une superbe vue sur la forteresse avec ses belles murailles blanches, ses tours puissantes et son donjon central. Devant la forteresse, nous voyons s’élever une très jolie tour d’église dominée par une toiture de bronze vert. Admirez la forme subtile et délicate de ce clocher : un bulbe bien bombé, au dessus un petit édicule percé de lucarne, un second bulbe plus petit et enfin la flèche proprement dite. Un mot nous vient à l’esprit : baroque ! Il s’agit du clocher du monastère Saint-Pierre dont la flèche date de 1757 et couronne une tour datant de 1400. La découverte de cette église, vrai chef d’œuvre, est l’objet d’une autre promenade. Pour l’heure, découvrons un autre chef-d'œuvre, l’église du collège.


<< 21 - La Hofstallgasse...         23 - La place de l’univer... >>

Sommaire complet du dossier :