La tour Wakefield

La tour de londres

La tour Wakefield

En sortant de l'Oratoire, suivons le sens de la visite en continuant vers la droite. Au passage, admirez la vue magnifique par la fenêtre. Nous voyons la Tamise et le Tower bridge, ce grand pont construit au 19e siècle qui s’ouvre en son milieu pour permettre le passage des grands bateaux qui remontaient le fleuve pour accoster en pleine ville. En contrebas, nous voyons les fossés, vides aujourd’hui. Continuons en suivant le sens de la visite. Passons sous la petite porte qui mène à un escalier à vis. Après avoir descendu quelques marches, remontons par un passage étroit pour déboucher dans une grande et belle salle circulaire.

Le corridor que nous venons de traverser est un passage aménagé entre les deux enceintes. Il permet de relier le palais médiéval, construit dans la deuxième enceinte, à une tour de la première enceinte. Nous sommes dans une des salles principales de cette tour. Elle s'appelle la tour wakefield. Et après le donjon, c'est la plus grosse tour du château. Construite par Henri 3, père d'Édouard Ier, elle est bien antérieure à ce que nous venons de voir puisqu'elle date du début du 13e siècle. La tour Wakefield se dressait alors en bordure de Tamise et sa fonction était de protéger la principale porte d’accès qui donnait alors sur le fleuve. Mais ici, nous sommes dans la salle du premier étage, partie du château complètement reconstruite au 19e siècle, ce qui explique le bon état de conservation de la voûte sur ogives que nous voyons au dessus de nos têtes.
Les travaux d’agrandissement de cette tour et du château illustrent les luttes entre Henri 3 et ses barons et entre le roi et la municipalité de Londres. Initialement, elle fut construite et aménagée dans les années 1220 pour servir de chambre au roi Henri 3. Elle était équipée d'une cheminée et éclairée de grandes fenêtres : ce qui montre qu’elle faisait partie d'un complexe résidentiel. Sinon, on a plutôt de fines meurtrières. Mais vers 1230, Henri 3 rencontra quelques problèmes avec ses barons et il dût se réfugier plusieurs fois dans la Tour de Londres dont les fortifications lui parurent alors bien limitées. Sorti de ce mauvais pas, il décida d’entamer une politique de grands travaux visant à renforcer les défenses de la tour. Ainsi, il agrandit considérablement l'espace de la forteresse en y incluant l'église de saint Pierre toute proche. Et il fit entourer de nouveaux remparts le côté du château donnant sur la colline et renforcer par 9 tours le rempart existant. Et ce n’est pas tout : il fit aussi creuser un fossé profond et, plus généralement, il fortifia également toutes ses possessions anglaises dont le château de Windsor. Ces travaux suscitèrent l'hostilité du peuple de Londres qui voyait d'un mauvais œil l'affirmation aussi nette du pouvoir royal. Effectivement, la population craignait ainsi une surveillance accrue sur son commerce et ses échanges et une trop grande influence du roi sur le pouvoir municipal. Et la salle dans laquelle nous nous trouvons restitue le décor de l'époque d'Édouard 1er, fils de Henri trois. Cette pièce perdit sa fonction de chambre à coucher, quand Édouard Ier construisit les salles visitées précédemment. Regardez le trône sur votre droite : et bien cela montre qu’Edouard exerçait ici son métier de roi. Il siégeait et recevait ses conseillers. Elle servait également de salle de réception. On se rend mieux compte de l'épaisseur des murs dans l'embrasure) des fenêtres. Remarquez que de petits bancs y sont aménagés pour pouvoir profiter au maximum du jour dans un temps où l'électricité n'existait pas. On pouvait aussi aménager des espaces plus intimes en fermant ces petits espaces, par une galerie de bois.


<< 9 - La salle privée du r...         11 - La guerre des deux r... >>

Sommaire complet du dossier :