La 1ère enceinte interne du château

La tour de londres

La 1ère enceinte interne du château

Continuons notre visite en montant le petit escalier de bois sur la droite. Nous débouchons sur le chemin de ronde.

En sortant de la salle du trône, nous arrivons sur un chemin de ronde qui relie la tour où nous sommes à celle de la lanterne vers laquelle nous allons. Nous sommes ainsi passés de l'enceinte extérieure à l'enceinte intérieure du château. A notre droite, en contrebas, il y a le passage appelé Water lane et déjà évoqué. Nous voyons bien d’ici comment le palais d'Édouard a été construit au-dessus des portes de l'enceinte extérieure et comment il rejoint la première enceinte par un passage qui forme un véritable pont entre les deux remparts. La plupart des bâtiments qui nous entourent sont surmontés de créneaux accentuant ainsi le rôle défensif du château. Les fenêtres, qui étaient à l'origine des meurtrières, ont été agrandies dans des périodes plus récentes, pour permettre au jour de pénétrer plus profondément et plus durablement dans les salles.
Et regardons à gauche : c’est le cœur même de la tour de Londres ! Au milieu d'une pelouse, un grand bâtiment carré, percé de fenêtres entourées de pierre blanche. Il est surmonté, à chaque coin, d'une tour, elle-même prolongée par des hampes, ces longs manches chargés de supporter des drapeaux. Cet édifice est la tour blanche, c'est-à-dire la partie la plus primitive du château, celle construite par Guillaume le Conquérant. Ce donjon est planté au milieu d'une pelouse que nous surplombons. À gauche, des pans de mur en ruines. Ils appartenaient à la première fortification du château. Quand Henri trois agrandit l'édifice au 13e siècle, il conserva cette partie des anciens remparts pour former, à l'intérieur même du château, une sorte de cour interne, dont la tour que nous venons de quitter constituait le point fort.
Au temps de Henri trois, on trouvait dans cette sorte de cour la grande salle du roi et les cuisines. Au pied du mur en ruine, nous voyons les enclos qui abritent les fameux corbeaux de la tour de Londres. Alors pourquoi fameux ? Et bien, depuis Charles 2, c'est-à-dire depuis le 17e siècle, donc depuis 400 ans maintenant- ces 6 corbeaux, sont fébrilement surveillés et gardés car une légende dit que le jour où ils disparaîtront de la tour, la monarchie disparaitra avec eux ! Pour éviter une telle catastrophe, on garde ces volatiles en leur rognant les plumes d’une aile pour éviter qu’ils ne s’envolent. Chacun d'eux est identifié par une bague de couleurs. Ils ont un nom en propre et, pour s'occuper d’eux, un maître des corbeaux qui appartient au régiment de la reine. Ces animaux constituent l’attraction incontournable de la tour de Londres.


<< 11 - La guerre des deux r...         13 - Le petit Musée de la... >>

Sommaire complet du dossier :