Le petit Musée de la vie médiévale

La tour de londres

Le petit Musée de la vie médiévale

Continuons notre promenade sur les remparts pour arriver au pied de la tour suivante.

La tour devant laquelle nous nous trouvons à présent est appelée la tour de la lanterne. Erigée sous le règne de Henry trois, probablement pour servir de logis à la reine, elle fut complètement détruite par un incendie au 18e siècle et reconstruite au 19e. Elle abrite aujourd'hui un petit musée qui évoque la vie au château sous la période médiévale. Descendons le petit escalier.

Nous voici arrivés dans une salle dotée de vitrines qui nous présentent quelques objets. La vitrine la plus intéressante contient une vierge en ivoire du 15e siècle, sculptée dans la partie principale d'un objet à plusieurs volets.

Voyez cette petite vierge à l'enfant, très élégante et couronnée. Elle porte l'enfant sur son bras droit et elle le regarde de façon attendrie. De son bras gauche, elle lui tend un petit objet, comme le ferait une mère qui voudrait distraire son bébé. Ces représentations sont bien caractéristiques de la fin du 14e ou du début du 15e siècle. Généralement très élégantes et fort jeunes, leur féminité et leur dimension maternelle sont accentuées.
La forme, légèrement courbe, suit la forme de la défense d'éléphant dans laquelle elle a été sculptée. On appelle ces vierges, un peu serpentines, des vierges hanchées par ce qu'elles portent l'enfant sur une hanche. De chaque côté de la vierge, les volets du polyptyque retracent différents épisodes de sa vie. Regardez en haut à gauche : on reconnait l'Annonciation et la Visitation. Et regardez dans la partie haute du volet droit : ce sont les scènes de la nativité. En bas à gauche, l'arrivée des Rois Mages. Et à droite en bas, la Présentation au temple. Autant de scènes de l'enfance du Christ. Ce genre d’objet, peu encombrant, qui pouvait être aisément emporté en voyage, faisait partie du mobilier habituel des chapelles privées. Dans les vitrines suivantes, une pièce de jeux d'échecs en cristal et des jetons de backgammon. Le jeu était l’une des occupations favorites des soirées royales. Passons dans la salle suivante. La vitrine, tout de suite à gauche en entrant, présente des sceaux. Ces objets, articulés en deux parties, servaient à cacheter les lettres du roi ou à certifier originaux des documents de provenance royale. Ces cachets fonctionnaient selon le principe, pardonnez l’anachronisme, des boutons pression. On déposait de la cire sur le document puis l’on pressait les deux parties du sceau, lesquelles s'emboîtaient parfaitement. Les documents sur lesquels était apposé le sceau royal ne pouvaient en aucun cas être contestés. Les objets suivants évoquent la vie quotidienne et sont de facture beaucoup plus simple. Vous pouvez flâner à votre guise dans ce musée et nous nous retrouverons dehors.


<< 12 - La 1ère enceinte int...         14 - La Tour Blanche... >>

Sommaire complet du dossier :