La tombe de Lalla Messaouda.

La vieille ville: le sud de la medina

La tombe de Lalla Messaouda.

Avant de quitter ce mausolée, jetons un coup d’œil dans la troisième salle, dite salle des niches. Elle est joliment décorée elle aussi, puis retrouvons-nous dans le jardin.

Du jardin, nous pourrons maintenant pénétrer dans l’autre mausolée qui est sur la gauche en sortant du mausolée que nous venons de voir. Plus petit que le précédent, il a été embelli par Ahmed le victorieux pour abriter la tombe de sa mère Lalla Messaouda.

Une fois entré, vous remarquerez la forme architecturale particulière : la salle est entourée de deux galeries en retour. Mais le type de décor utilisé est le même que dans le grand mausolée que nous venons de visiter.
Revenons sur les principaux motifs décoratifs pour les approfondir un instant. Deux types de décors sont utilisés, l’arabesque et l’entrelacs géométriques. Prenons l’arabesque pour commencer. Celles que nous voyons au-dessus de la porte d'entrée peuvent nous servir d'exemple. Vous les voyez ? Bien ! L’arabesque est un type d’ornementation spécifiquement islamique qui est en fait la stylisation des motifs végétaux. L’arabesque est caractérisée par son souci du rythme, et aussi par la répétition. Elle tire son origine de la palmette et du rinceau végétal, mais se développe selon une logique qui lui est particulière sans tenir compte de la réalité botanique. Passons à l’entrelacs géométrique maintenant. Et regardons les chapiteaux des colonnes. Vous les voyez ? Et vous constatez que ces entrelacs géométriques s’inspirent eux de formes décoratives héritées de l’art classique grec ou romain. Mais il va être adapté dans l’art islamique et en devenir une forme récurrente. Les décorateurs vont d’une part l’utiliser abondamment, d’autre part le rendre beaucoup plus complexe et sophistiqué. Les dessins paraissent d’une très grande variété. Alors, vous avez remarqué ? Et en fait, à bien y regarder, c’est l’étoile qui en forme le thème majeur. Vous remarquerez que l’on part d’un cercle divisé en polygones réguliers et, de là, on aboutit à des polygones étoilés de tailles diverses. Ce décor montre qu’architectes et décorateurs étaient influencés par les mathématiques et l’astronomie et que la géométrie était devenue leur principale préoccupation. La tombe la plus importante, celle de Lalla messaouda, est décorée avec les mêmes principes.


<< 7 - La salle des colonne...         9 - La place des ferblan... >>

Sommaire complet du dossier :